Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Roi René
Publié par EF041008 le 24/2/2009
 Roi René

René d’Anjou est né au château d’Anjou en 1409.

René est vassal du nouveau Roi de France, Charles VII. Il s’engage à ses côtés contre les Anglais et c’est dans ce contexte qu’il guerroie aux côtés de Jeanne la Pucelle. Il fera la guerre aussi aux côtés du célèbre chevalier Barbazan.

Basé à Aix, il bougeait beaucoup dans la Provence notamment à Tarascon. Il était toujours entouré d’un immense cour d’environ 500 personnes
...










René d’Anjou est né au château d’Anjou en 1409. La situation du Royaume est à ce moment très compliquée. Le roi Charles VI, en proie à des crises de démences ne contrôle pas les manigances autour de lui. Les Orléanais et les Bourguignons s’affrontent. Les Angevins cherchent à reconquérir l’Italie.

Yolande, la mère de René, mène la famille d’une main habile et René vit à Angers des années de jeunesse heureuses. Son père, Louis II, qui était dans la lignée choisie par la reine Jeanne quelques années auparavant, meurt alors que René n’a que 8 ans.

Louis III son frère aîné hérite de l’Anjou et René, cadet, hérite du duché de Bar qu’il rejoint en 1419. C’est là qu’il parfait son éducation et qu’il apprend les lois de la chevalerie. On le maria en 1420 (11 ans!) à Isabelle, fille de Marguerite de Bavière. 6 ans plus tard allait naître Jean, qui assurait ainsi la succession du duché de Lorraine.

René est vassal du nouveau Roi de France, Charles VII. Il s’engage à ses côtés contre les Anglais et c’est dans ce contexte qu’il guerroie aux côtés de Jeanne la Pucelle, jusqu’au siège de Paris, où elle est blessée et où les troupes françaises doivent se replier. C’est René qui ramena Jeanne, blessée à Saint-Denis. 

         
                                                                                         Photo Hervé Thouzard

René retourne sur ses terres et essaye de récupérer des terres en Champagne. Il a à ses côtés le preux Barbazan, sénéchal agenais et archétype du chevalier dont la noblesse n’a pas d’égal. Le duo marche bien et gagne quelques villes, mais ensemble ils vont perdre contre les Bourguignons à la bataille de Bulgnéville, où René est emprisonné pour 6 années.
Ayant déjà récupéré officiellement le duché de Bar, René va récupérer pendant sa captivité l’Anjou, la Provence et le Royaume de Naples. Sa valeur n’en est que plus grande. Les Bourguignons négocient et c’est en 1437 qu’un accord est conclu pour sa libération. René est en piteux état.

Mais il doit faire vite. Il doit récupérer tous ses duchés, notamment l’Anjou, puis la Provence où il s’arrête à Tarascon, Arles, Aix et Marseille. Puis il va rejoindre sa femme Isabelle qu’il avait envoyée en Italie avec les pleins pouvoirs pour occuper le terrain. Celle-ci l’attendait avec impatience car elle était sous pression d’Alphonse d’Aragon qui voulait récupérer l’Italie.
 
                 
                                                                                              Photo Hervé Thouzard
 
Les péripéties de René en Italie commencèrent et il dut constamment se battre contre Alphonse d’Aragon. Ce dernier fait ses premières attaques dans les Abruzzes, mais c’est à Naples où il porte l’estocade finale en 1441. Bien qu’ayant été bien aimé par ses sujets italiens, il quitte Naples et retourne à Angers en 1443.

Il participe auprès du Roi à quelques campagnes et notamment à la libération de l’Aquitaine. Mais il rentre à Angers car la santé d’Isabelle périclite ; celle-ci meurt en 1453. On le remaria à Jeanne.
Un nouveau Roi arrive au trône de France : Louis XI. Bien que d’une grande complexité de caractère, ce Roi se montre toutefois généreux
.

Mais toutes ces conquêtes s’achèvent et le monde s’écroule sous ses pieds dans l’année 1470. Tous les hommes clés de sa famille qu’il avait placés dans les différents duchés meurent. Sa position est extrêmement fragilisée. Las, il décida de quitter l’Anjou pour aller s’installer en Provence. 

                      

Basé à Aix, il bougeait beaucoup dans la Provence notamment à Tarascon. Il était toujours entouré d’un immense cour d’environ 500 personnes : aumôniers, médecins, sénéchaux, secrétaires, chevaliers…mais aussi des « fous du Roi » comme l’illustre Triboulet, des « damoiselles de la Cour », des artistes…

La cour du Roi René est fameuse. René aime les fêtes, les joutes, les tournois, les poésies, les chants…tout est bon pour le distraire. Ainsi la troupe des « Galants sans soucis » qui jouent farce à Aix ou les bateleurs venaient faire des tours sous ses yeux émerveillés. Lui-même écrit de la poésie et peint des toiles.

Devant tous ces amusements, il savait garder le sens du devoir et de la chevalerie. Il fit créer l’ordre chevalier du Croissant. Pour y entrer il fallait des antécédents de noblesse sur 4 générations. Il fallait s’engager à ne pas être hérétique, ni traître, ni félons envers le seigneur, ni lâche, ni peureux dans un combat d’honneur…Ils devront soutenir les veuves et les orphelins, s’abstiendront de médire sur les femmes, pardonneront les offenses et seront compatissants envers le pauvre peuple… 

               
                                                  Photos Hervé Thouzard

René ne restera pas dans l’histoire comme un Roi de haute lignée politique, mais il restera l’emblême de la chevalerie, de l’amour des arts et du bon vivre et de la compassion avec le bon peuple. Partout où il est passé, ses sujets l’ont aimé.

Il doit rentrer en Anjou pour se rapprocher de Louis XI dont le machiavélisme fait rage. Il se battit pour conserver ses terres que Louis XI tentait de lui soustraire. Il eut gain de cause et put retourner en Provence.
 
Mais la fatigue le menaçait. Les excès de sa vie le rattrapaient et la mort s’approchait à grands pas. Il profita jusqu ‘au bout des plaisirs de la vie. Il s’éteint en 1480. Après une garnde lutte avec les Provençaux qui souhaitaient le garder chez eux, sa femme réussit à le faire enterrer selon ses souhaits à la cathédrale Angers.

Cet article a été écrit par Emmanuelle Falsanisi.







  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Mirabeau , Révolution en Provence Diaguilev Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation