Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Charles-Roux
Publié par EF041008 le 16/3/2009
 Charles-Roux
Jules Charles-Roux naquit à Marseille le 14 novembre 1841 dans une famille aisée et installée depuis plus d’un siècle dans cette ville. Il passa son enfance dans la fabrique de savons de son père et prit goût à cette activité.

Dans les années 1900, il accéda à la présidence de plusieurs compagnies maritimes, la Compagnie Sud-Atlantique, la Compagnie Fraissinet et la Compagnie Générale Transatlantique communément surnommée la French Line.
Ardent promoteur et défenseur de la colonisation, il en fut un des activistes essentiels. Il a soutenu l’expansion française en Tunisie, au Dahomey et à Madagascar...




Jules Charles-Roux naquit à Marseille le 14 novembre 1841 dans une famille aisée et installée depuis plus d’un siècle dans cette ville. Il passa son enfance dans la fabrique de savons de son père, rue Sainte, et prit goût à cette activité.

Etant le seul héritier masculin de la famille, son destin était de reprendre la direction de l’usine paternelle. Il fit alors ses études à la faculté des sciences de Marseille et suivit les cours d’un chimiste parisien renommé, Eugene Chevreul.

Au décès de son père, ayant les compétences requises à la reprise de l’activité, c’est très tôt à l’âge de 21 ans qu’il prit la direction de l’usine. Il la modernisa entièrement et s’associa avec son beau frère en 1877. En peu de temps, ils parvinrent à représenter 10% de la production marseillaise.
 
Il mena un combat actif pour la reconnaissance de sa profession et obtînt plusieurs médailles et distinctions internationales couronnant son activité florissante. 

                             
                                           Compagnie Transatlantique, Louis Le Breton


Dans les années 1900, il accéda à la présidence de plusieurs compagnies maritimes, la Compagnie Sud-Atlantique, la Compagnie Fraissinet et la Compagnie Générale Transatlantique communément surnommée la French Line. Cette dernière, créée en 1855 par les frères Pereire, assurait le transport transatlantique de passagers avec des navires comme le Normandie ou le France.

Jules Charles-Roux en fut nommé président en 1904 afin de réorganiser et de redresser la situation financière de cette compagnie. Il exerça également la présidence de plusieurs autres sociétés ayant un lien avec le transport maritime et devint président du comité central des Armateurs de France de 1910 à 1917.

Cela ne l'empêche pas de poursuivre des activités de savonnier. C'est dans cette fabrique, rue Sainte, que le chimiste François Merklen codifiera en 1906 la fabrication du  véritable savon de Marseille à 72% d'acides gras, composé de 63% de coprah ou d'huile de palme, 28% d'eau, 9% de soude et de sel marin.

Au plan national, il est administrateur de la Caisse d'Epargne et travaille sur le projet d'Eugène Rostang ( le père d'Edmond): les maisons ouvrières ( un étage, trois chambres et un jardin) payables en 31 ans. "Rien d'intellectuel ou de moral ne peut trouver de place dans un taudis", déclarait-il.

Sa carrière politique fut relativement brève ; il fut élu au conseil municipal en 1887 et devint conseiller général en 1895. Il se fit le champion du libre échangisme. En tant que député, il se bat contre le projet de Jules Méline, ministre de l'Agriculture, qui visait à créer des droits sur certains produits importés, notamment les oléagineux exotiques et le sucre de canne étranger.


                
              Famille Malgache                              Dahoméens
                                 Collections of New York Public Library
 
Pour Jules Charles-Roux, le protectionnisme est une vision court termiste de la vie économique, preuve en est la fermeture de la distillerie de Marseille suite à la taxation du maïs étranger. Marseille s'émeut de cela et une ligue se créée contre le protectionnisme: la Ligue populaire anti-protectionniste.

Les députés voteront en faveur des Marseillais mais le Sénat plus conservateur et plus proche des paysans rétabliera les droits de douane. Le projet étant revenu à l'assemblée et sous pression des Marseillais "montés" à Paris, le Parlement confirmera son premier vote. Liesse populaire à Marseille et victoire de Charles-Roux.

Ardent promoteur et défenseur de la colonisation, il en fut un des activistes essentiels. Il a soutenu l’expansion française en Tunisie, au Dahomey et à Madagascar. Il fut le fondateur de plusieurs comités coloniaux et le président de la Société de géographie de Marseille.
 
Durant l’Exposition universelle de 1900 à Paris, la plus importante jamais réalisée auparavant qui attira 51 millions de visiteurs, il y créa une section des colonies.
 
Il organisa six années plus tard la première et l’extraordinaire exposition coloniale de Marseille dont il fut le commissaire générale. Elle attirera presque deux millions de visiteurs.
Soutenu par Lyautey, cette exposition est vue comme "une leçon de choses". On y voit une réplique du temple d'Angkor au Cambodge, des souks tunisiens , des pousse-pousse, des chameaux... 

                                             

Charles-Roux profita de la venue du Président de la République, Armand Faillières, à l'exposition coloniale.pour lui faire poser la première pierre du canal de Marseille au Rhône, canal dont Jules Charles-Roux ne verra pas l'achèvement.

Jules Charles-Roux fut indéniablement un homme de culture. Il a favorisé la carrière de ses amis Gallieni et Lyautey et a soutenu activement les peintres contemporains locaux tels que Torrents, Suchet ou encore Ricard. Il devînt un des piliers du Cercle artistique de Marseille en organisant des expositions de peintures, des conférences et des concerts.

Ardent défenseur de l’identité provençale, il apporta également sa contribution financière à de nombreux muséums. Egalement écrivain, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la Provence, dont l’exceptionnel Souvenirs du passé, le cercle artistique de Marseille
.

 

  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent G Mossa, Provence des peintres Char, Provence des poetes Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation