Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Miro
Publié par EF041008 le 27/4/2009
 Miro

Il était peintre, céramiste , sculpteur, passionné par la couleur, et les formes. Il créa un style typique et facilement identifiable.

Sa vie s’articule essentiellement autour de deux lieux, la Catalogne et Paris.
 

En Catalogne il aime le pays, le paysage, les couleurs, les odeurs, les grandes promenades et à Paris, c’est l’atmosphère électrique, les rencontres, le Mouvement Surréaliste.

Crédit Photo encadré : Jacques Gomot, Office du tourisme de Saint Paul








Joan Miro est né le 20 Avril 1893 à Barcelone où son père est orfèvre et horloger. Peu attiré par les études, il ne se plaît qu’en dessin. 

En 1907, il s’inscrit à l’Ecole des Beaux-Arts de Barcelone (la Llotja) où il suit les cours des professeurs Modest Urgell et Joseph Pasco.. Mais son père insiste pour qu’il suive en parallèle des études de comptabilité. Après trois années d’étude il entre comme comptable dans un grand magasin.

Surmené, il sombre dans un état dépressif, aggravé par une typhoïde. Ses parents le conduisent à Montroig (Montrouge) à 140 kms de Barcelone où se trouve la maison familiale.
Ce lieu lui servira de révélateur et il y retournera régulièrement. Les grandes promenades qu’il y fait le familiariseront avec un bestiaire qu’il intègrera dans son oeuvre.            

                                                      Miro Paintings : Catalogue raisonné, tome 6  
                                                        Cliquez sur l' image
                       
                  

En 1912, il suit enfin sa voie et entre à l’Académie Francesc d’A.Gali, école ouverte aux idées avant-gardistes européennes. Il retrouve notamment Joan Prats, Joseph Francesc Rafols et Enric Cristofol Ricart. Il apprend à dessiner de mémoire. Il y découvre la peinture moderne : Van Gogh, les Fauves, les Cubistes…

A partir de 1915, ses premières œuvres intègrent le schématisme inspiré du cubisme et l’intensité chromatique tirée du fauvisme.
 Il rencontre Joseph Artigas qui  restera  son ami fidèle. En 1916, il rencontre Joseph Dalmau propriétaire d’une galerie à Barcelone. C’est un endroit où se côtoient différents artistes tels que Robert et Sonia Delaunay, Francis Picabia.

 
Il rentre en 1918 dans sa phase « détailliste » où chaque paysage est analysé de façon précise ; cette période s’achèvera par « La Ferme » ( « La Masia »), dictionnaire de formes qui suscitera l’enthousiasme de Hemingway. En 1921, lors de son deuxième séjour à Paris il est exposé par Dalmau à la galerie « La Licorne », rue La Boëtie. Echec commercial, mais la critique commence à parler de lui.

                                     

A partir de cette année et jusqu’en 1932, Miro passera 6 mois en Catalogne à Montroig et 6 mois à Paris.
 En 1922 il part à Paris et s’installe rue Blomet dans le 15è. Il dira : » C’est à Paris que je me suis réellement formé intellectuellement ». Il rencontre les poètes Pierre Reverdy, Tristan Tzara, Max Jacob et participe aux manifestations dada.  

Il rentre dans un univers onirique, où tous les objets peints s’échappent de leur enveloppe et s’envolent. Les formes créées dans « La Forme » se libèrent dans « La Terre Labourée ». Cette période atteint un paroxysme lors de la création du Carnaval d’Arlequin.
 En 1925, il est sous contrat avec le galeriste Pierre Loeb.
 
En 1926, il rencontre les protagonistes du Mouvement Surréaliste, Breton, Ernst, Picabia . Breton disant de Miro : « Miro est le plus surréaliste d’entre nous ». Alors que Miro récuse toute appartenance à ce mouvement.
 En 1929, il se marie. 

Son travail est chargé de l’ambiance de cette époque : agressive et chargée avant la Guerre Civile espagnole, éloignée du monde réel lors de la deuxième guerre mondiale ( c’est l’époque des Constelaciones).

             
                        Miro, 1935                                                        Miro, Credit Clovis Prevost
     Photo Carl Van Vechten, Library of Congress


Progressivement à force de rencontres, de travail et d’expositions il se fait un nom.
Et, en 1947 lors de son voyage aux Etats-Unis, l’Amérique lui voue déjà un grand intérêt. En 1948, il expose pour la première fois à la galerie Maeght, date à laquelle Aimé Maeght devient son marchand.
 
En 1954, il obtient le grand prix de la Biennale de Venise.
 A partir de 1956, il s’installe définitivement à Palma de Majorque où son atelier a été conçu par Sert. Les dimensions de cet atelier lui permettent de changer le format de ses œuvres. Il recevra le Prix Guggenheim en 1958 pour les œuvres murales en céramique conçues pour le bâtiment de l’Unesco à Paris.  

            
                                                    Miro, Fondation Maeght

En 1959, une exposition rétrospective est organisée au MOMA de New York, puis en 62 au musée d’art moderne de Paris.
 Il travaille beaucoup avec le céramiste Joseph Llorens Artigas. Ils entreprennent en 1963 de réaliser des sculptures monumentales en ciment, fer, bronze et céramique pour le Labyrinthe de la Fondation Maeght. 

L’œuvre de Miro est gigantesque. Il s’intéresse à tout. Il éprouvera autant de plaisir à peindre qu’à sculpter ou modeler. Il expérimentera différentes techniques pour ses gravures et ses lithographies. Il exécutera des pochoirs, des collages, il illustrera des ouvrages d’Eluard ou de Tzara, il participera à des revues comme » Derrière le Miroir ».
 

Ses céramiques seront l’objet de nombreuses expositions.
Sa vie d’artiste est extrêmement productive ; on retrouve son influence chez Gorky, Dali, Rothko ou Matisse. Il attendra l’âge de 75 ans pour avoir droit à sa première exposition officielle en Espagne.

En 1971, la Catalogne est autonome et Sert ( l’architecte de la Fondation Maeght) réalisera les plans de la Fondation Joan Miro ( dont Albert Rafols-Casamada sera un des administrateurs), Centre d’Estudis d’Art Contemporani qui ouvrira ses portes en 1976 à Barcelone.
 

Quelques années avant sa mort en 1983, une deuxième fondation sera créée à Palma de Majorque
.

Cet article a été écrit par Agnès Bressot.




  

  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Caton Rafols Casamada Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation