Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Membertou
Publié par EF041008 le 25/10/2008
Membertou

Membertou était le chef, Sagamo, d’une petite tribu Micmac.

Son ralliement aux français et l’amitié qu’il a su noué avec lui a valu de garder l’habitation de Port Royal.
Il fut le premier Micmac à recevoir le baptême par l’abbé Fléché en Nouvelle France.




 

 






La date de naissance a été fixée en 1510 , bien que celle ci soit fort improbable . Toujours est il que cet indien d’origine MicMac dit avoir rencontré Jacques Cartier aux alentours de 1534 et qu’il était d’un âge plus que vénérable lorsqu’il a rencontré l’expédition du Gua de Monts en 1604.


Membertou était le chef, Sagamo, d’une petite tribu Micmac qui chassait et pêchait dans les environs de Port Royal. Les jeunes personnes étaient sous son autorité et les hommes mariés lui payaient un tribu.

Membertou combinait aussi la fonction de autmoin ou shaman ( médecin) et faisait des prophéties sur l’avenir des chasses ou des guerres. Quand il était appelé auprès d’un malade, il chassait le démon, dansait, se contortionnait pour chasser les mauvais esprits avant la fin dernière du malade.
La combinaison de ces deux fonctions le rendait extrêmement respecté. 

Son ralliement aux français et l’amitié qu’il a su noué avec lui a valu de garder l’habitation de Port Royal , à partir de 1607 et pour trois années sans qu’aucun problème ne surgisse. Il a particulièrement noué une amitié avec Jean Biencourt de Poutrincourt, qui revient en 1610. 

Il fut le premier Micmac à recevoir le baptême par l’abbé Fléché en Nouvelle France (24 Juin 1610) avec 21 des membres de sa famille ; on lui donna le nom de Henri , en l’honneur de Henri IV et sa famille eut droit aux honneurs des nom aussi, puisque sa femme fut nommée Marie, du nom de la Reine et un de ses fils Louis, du nom du dauphin. Il fut un des rares indiens baptisés à garder et à promouvoir cette religion. 

 
A la fin 1611, Membertou, victime de la dysenterie, vint à Port-Royal où le Père Massé le reçut en l’absence du Père Biard. Ayant reçu l’extrême onction, il souhaita au dernier moment être enterré avec ses ancêtres indiens non baptisés, puis changea d’avis et accepta d’être enterré avec les Français.

 
Membertou meurt le 18 Septembre 1611 et Charles de Biencourt lui fit des obsèques solennelles. Ses restes reposent dans le vieux cimetière catholique de Port-Royal.






 
  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Pons Squanto Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation