Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Régions du monde > Provence Cote d'Azur > Nice, Cote d'Azur
Nice, Cote d'Azur
Publié par EF041008 le 28/5/2009
 Nice, Cote d'Azur

Nice, carrefour de cultures méditerranéennes, s’étend le long de la superbe baie des Anges. Métropole dynamique et cinquième ville de France, Nice est la capitale de la Côte d’Azur.

Grecs,Catalans, Angevins, puis Maison Savoie...tout le monde s'est battu pour elle...Elle est finalement réintégrée à la France en 1860...









                                          





                                 Hotels à Nice?




Dernières nouvelles
Vincent Corpet à Nice

Météo Nice
http://www.meteorologic.net/meteo-france/Nice_1945.html

Carte de la ville

                   


Nice, carrefour de cultures méditerranéennes, s’étend le long de la superbe baie des Anges. Métropole dynamique et cinquième ville de France, Nice est la capitale de la Côte d’Azur.

Au Paléolithique inférieur, les chasseurs campaient sur cette plage, à Terra Amata. Au premier millénaire avant J-C, on créa des oppida sur les collines alentours. De nombreux villages de la région furent ainsi créés.

Mais ce sont les Grecs de Massalia, Marseille, qui au IVe siècle formèrent Nikaïa. Ces derniers formèrent une coalition avec les Romains contre les Ligures qui les attaquaient régulièrement. Les Romains s’installèrent et formèrent Cemenelum, l’antique Cimiez, cité qui devint le centre administratif de la région, placé sous l’autorité d’un procurateur qui a également son autorité sur les villes de Vence ( cf Saint Paul), Senez et Castellane.. 

            
                                                                  Nice Cimez
                                                    

La ville se développa autour d’un castrum, puis d’une cathédrale, et au XIIe siècle, cette ville devint une république urbaine administrée par des consuls. Cimiez est petit à petit abandonnée au profit de Nice et de son port.

 Au XIIIe siècle, elle fut administrée par les Comtes Catalans (cf Catalogne), notamment Raymond Bérenger V. C’est Charles d’Anjou , Comte de Provence et frère de Saint-Louis, qui prendra la suite de ces comtes catalans ; il agrandira pour récupérer quelques villes actuellement frontalières de l’Italie actuelle.

La Provence connut au XIVè siècle une période agitée : pillée par des brigands, ravagée par la peste, cette région a du mal à trouver ses marques. Les villes de la Côte avaient par ailleurs récupéré des familles italiennes ayant fui l’Italie après les conflits avec la famille Hohenstoffen. Ainsi en était-il des Grimaldi qui arrivèrent dans cette région, notamment à Cagnes et à Monaco.

          
                                              Monastère Franciscain Nice CImiez

La France commençait à vouloir récupérer cette terre. C’est dans ce contexte que les guerres de succession à la Reine Jeanne commencèrent, celle-ci ayant choisi Louis d’Anjou comme successeur, bafouant ainsi sa promesse à Charles de Duras, qui n’eut de ce jour pour seule idée que de se venger.

Une scission se fit entre les partisans de Charles de Duras et ceux de Louis. Marseille se déclara pour Louis et Nice pour Charles. Mais la victoire angevine ( Louis) obligea Nice à faire dédition et à se mettre sous l’autorité de la Maison de Savoie (1388) et de son Comte, Amédée VII le Rouge.

                  Nice secret et insolite : Les trésors cachés de la baie des anges

Un des descendants de la famille de Grimaldi installée à Beuil joue un rôle important dans cette dédition, car il voulait laisser un accès à la mer aux Etats Sardes (Savoie, Piémont, Sardaigne et Comté de Nice). Il en fut récompensé par l’obtention de territoires.  Un de ses descendants, Annibal Grimaldi de Beuil, gouverneur du Comté de Nice, négocia pour essayer de donner l’Indépendance à Nice, ce qui lui valut d’être étranglé en plus de la  confiscation de ses biens.

Les souverains de Savoie, princes français, porteront les titres de comte, puis ducs de Savoie et prince de Piémont, pour finir par celui de roi de Sardaigne à partir de 1720.

Au milieu du XVIè siècle, l’Europe se déchire par le fait de deux personnalités : l’Empereur  germanique Charles Quint et le roi français François Ier. C’est Charles Quint qui tient la corde et le Français a bien du mal à résister. C’est à Nice qu’ils signent, sous la houlette du Pape Paul III, installé pour l’occasion au couvent de Sainte-Croix, la « Paix  de Nice » en 1538.

                                    

Cette paix ne tiendra pas puisque François Ier, agacé par la puissance de Charles Quint, signe avec Soliman, un accord qui avait pour but, pour les Français de récupérer les Etats italiens, et pour les Turcs, les comptoirs espagnols. Ce traité franco-turc aboutira au siège franco-turc de Nice et à l’hivernage de Barberousse à Nice en 1543 / 1544.

Depuis la fin du XVIè siècle, la capitale des Etats Sardes avait été transférée de Chambéry à Turin. Le Duc Emmanuel-Philibert imposa l’italien comme langue officielle à ses Etats. Mais les Niçois ne le suivirent pas et continuèrent à parler le « nissart » (dialecte côtier) ou le « gavouot » des hautes vallées.

La région, enjeu stratégique, fut souvent attaquée par les Français et cherchèrent à la récupérer. Le duc de Savoie ayant pris partie contre Louis XI lors de la guerre de succession d’Espagne, Nice est envahie par les Français et Louis XIV  fit raser le château de Nice en 1706.

Après la Révolution, période au cours de laquelle le comté de Nice avait été transformé en département français et qui avait généré des carrières dans l’armée française, comme celle de Masséna, Nice revient dans le giron de la Maison de Savoie.

Le français commence à être admis en langue officielle au même titre que l’italien. La Maison de Savoie souhaitant s’étendre vers l’Est (Vénétie et Lombardie) entre en guerre contre l’Autriche en 1859. Napoléon III soutient ces efforts et en contrepartie se voit octroyer le droit de rattacher Nice et la Savoie à la France, sous réserve de consultation populaire.

Le plébiscite de 1860 est un succès. Les deux provinces sont rattachées à la France en 1860.

Cet article a été écrit par Emmanuelle Falsanisi.



  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Mougins, cité de Picasso et de Saint-Laurent Nice, Côte d'Azur part 2 Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation