Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Florence
Publié par EF041008 le 26/7/2009
 Florence

La fondation de la ville de Florence remonte à l’époque romaine. Au IIIe s, la christianisation commence.

Le XIe s voit l’Italie être  le centre du conflit que l’on a appelé la « querelle des Investitures » qui oppose le chef spirituel de la Chrétienté, souverain temporel d’un Etat dont Rome est la capitale, et l’héritier de l’Empire d’Occident. Florence soutient la cause des réformateurs .

Florence connaitra une apogée économique au XIIIe s , dont le symbole sera la création d'une monnaie : le florin d'or.

Elle sera aussi un lieu unique dans le monde de développement culturel : Dante Aligheri, Giotto, Donatello, Boticelli, Leonardo da Vinci, Michel-Ange, ...







                          HOTELS A FLORENCE?




Dernières nouvelles

Florence , capitale des Arts

Webcam Florence
http://www.krafthotel.it/english/kraft_hotel_florence_webcam.html#


La fondation de la ville de Florence remonte à l’époque romaine. En 59 avant JC, Jules César récompense les vétérans les plus valeureux en leur offrant les terres fertiles de la vallée de l’Arno. Ils y fondent un castrum romain (camps militaire)  qu’ils nomment Florentia. La place de la République occupe la place de l’ancien forum.

Bâtie près de la voie Cassienne qui relie Rome aux régions du Nord, cette cité va pouvoir développer son commerce. Les Syriens ont une grande influence sur la ville.

Au IIIe s, la christianisation commence. En effet de petites communautés chrétiennes s’étaient constituées dans les grandes villes de l’Orient Romain, Alexandrie et Antioche. La présence chrétienne a commencé à Rome en 59 ap JC. Au II et III e s les progrès de la religion s’accélèrent dans tout l’Empire.

                    Plaisirs de Toscane    Tresors de Florence et de la Toscane
                                             Cliquez sur les images
                   

Mais ces nouveaux convertis ne faisaient pas le bonheur du pouvoir romain : ces chrétiens étaient trop indépendants et ne se pliaient pas aux règles de la cité, fuyaient les jeux du cirque…Les persécutions commencèrent sous Domitien , Marc-Aurèle, Valérien…
                         
Décius fera de Miniato le premier martyr de Florence : la légende veut que ce dernier ayant eu la tête tranchée, soit allé avec sa tête sous le bras sur la colline où il souhaitait être enterré. La Basilique de San Miniato aurait été bâtie sur sa tombe.

La chute de l’Empire romain d’Occident et les invasions barabares qui suivent conduisent à la décadence de la ville. Conquise par les Francs de Charlemagne en 774, Florence est intégrée à la Marche d’Etrurie (Toscane), dont Lucques est la première capitale.

          

Le XIe s voit l’Italie être  le centre du conflit que l’on a appelé la « querelle des Investitures » qui oppose le chef spirituel de la Chrétienté, souverain temporel d’un Etat dont Rome est la capitale, et l’héritier de l’Empire d’Occident. L’enjeu est la désignation des évêques et de tous les pouvoirs financiers, spirituels et politiques qui étaient sous-jacents.

Les évènements majeurs se sont passés sous Grégoire VII. Cet ancien moine clunisien s’oppose à la nomination des évêques par des laïcs. Il est soutenu dans sa démarche par le parti guelfe dont la comtesse Mathilde de Canossa est supportrice. C’est dans ce château que l’Empereur Henri IV devra subir l’humiliation de la pénitence demandée au Pape.

Florence soutient la cause des réformateurs . Elle s’autonomise par rapport à l’Empire germanique. L’administration municipale est prise en charge par 12 consuls, choisis parmi les patriciens et les riches commerçants. Le Conseil des Cent est désigné pour les contrôler. Ce mouvement de municipalisation est mû par le pouvoir foncier.

Rendus plus forts grâce à cette organisation municipale, les Florentins cherchent à accroître leur domination. En 1125, ils s’emparent de la ville de Fiesole. De nouvelles murailles sont érigées intégrant les zones sud de l’Arno.

 
                   

Au XIIIe s , Florence maintient son soutien au parti guelfe, ce qui la fait se battre contre sa voisine Sienne. Les Florentins doivent continuer à se renforcer. Cette fois-ci c’est le pouvoir économique qui est l’objet de toutes les attentions : des corporations sont créées, celle des négociants (Arte di calimala) et celle des lainiers ( Arte della Lana).

En 1266, les sept corporations des »Arts majeurs » qui réunissent le popolo grasso, élite qui s’est enrichie grâce aux manufactures et au commerce, obtient un statut politique. Les sept arts majeurs sont : les juges et notaires, les négociants en « import export » ou Calimala, les changeurs et banquiers, les lainiers, les arts de la soie, les médecins, apothicaires,  peintres et intellectuels ( dont Dante faisait parti), les fourreurs.


                       Toscane Insolite & Secrete     Cuisine toscane à la villa Gamberaia
                                      Cliquez sur les images

 En 1287, c’est au tour des »Arts mineurs » regroupant petits artisans et salariés (popolo minuto). Leur nombre fut fixé à 14. C’étaient les bouchers, cordonniers, forgerons, tanneurs et savetiers, maçons et charpentiers, marchands de vin, boulangers, marchands d’huile, de sel et fromage, marchands de tissus de lin et fripiers, marchands de serrures ou d’ustensiles en fer ou cuivre.fabricants de cuirasses et d’épées, bourreliers, menuisiers, aubergistes.

Pour être admis dans une guilde, il fallait prêter serment et payer une taxe. Ils obtenaient une immatriculation et pouvaient ainsi travailler sur des chantiers prestigieux. Les blasons des différentes guildes sont inscrits sur la Piazza della Signora.

Cette apogée économique sera marquée par la création d’une monnaie le florin d’or, qui sera une des monnaies les plus prisées d’Europe. Elle aura pour effigie Saint-Jean Baptiste, patron de Florence.

                  

Cet enrichissement a bien sûr une conséquence immédiate sur les constructions de la ville : on entreprend  la construction d’églises, comme la Santa Croce, ou de palais, comme le PAlazzo des Podesta ou le le Palazzo Vecchio. C’est à cette période  que commence la construction de la cathédrale, Duomo, Santa Maria del Fiore.

A cette période , Florence est au fait…et le Pape Boniface VIII  pensait que Florence devait être rajouté comme le 5e élément après la Terre, le Feu, l’Eau et l’Air…

Après le pouvoir économique, les riches marchands et les nobles aspirent à la culture. Les œuvres de Dante Aligheri, Boccace ou Giotto sont intimement liés à ce foisonnement culturel.

Toutefois la ville entre dans une phase de luttes intestines et de malheurs. La Grande Peste d’abord en 1348-1349, qui ravage le 1/3 de la population de la ville. Puis des déroutes militaires face à Lucques et Pise, villes gibelines ( favorables à l’Empereur germanique).

 En 1346, la ruine de deux grandes banques , celles des Peruzzi et des Bardi plonge la cité dans la crise économique. D’autres vont suivre comme celles de la maison Acciaioli et Bonaccorsi. En 1378, c’est la révolte des cadreurs de laine ( tumulto dei Ciompi), qui finit dans un bain de sang. 

                        

Au milieu de cette agitation, une famille de banquiers apparait : les Medicis. Originaires de Mugelllo, région montagneuse au nord de Florence, ils soutiennent les populations  humbles contre les  puissants des « Arts majeurs ».

Au Quatrocentto ( Années 1400, soit XVe s), Florence connait un âge d’or culturel : Donatello, Boticelli, Léonardo da Vinci, Michel-Ange, Masaccio…

C’est Cosme l’Ancien qui est à l’origine de cette Renaissance, ce qui lui vaut le titre de « Père de la Patrie ». Le petit-fils de Cosme, Laurent de Médicis fera de Florence ce lieu de magnificence qui marquera l’histoire européenne.

Mais cette période sera stoppée par l’arrivée des armées du Roi de France Charles VIII, en 1494, qui bannira les Médicis de Florence. S’ensuivront des périodes troubles d’une tyrannie menée le moine Savonarole. Ce dernier lutte contre la débauche et organise un autodafe où il fait brûler tous les onguents, perruques, parfums, miroirs, cartes à jouer,...Le peuple s'incline en chantant un Te Deum.

Rodrigo Borgia, Pape dépravé , ne voyait pas d'un bon oeil ce moine qui avait autant de pouvoirs et qui finalement défendait certes de façon brusque les intérêts du peuple. Il le fit pendre et brûler, ses cendres répandus dans l'Arno.

A la mort de ce dernier, Machiavel deviendra le plus proche confident et conseiller du gouverneur Pero Solderini, nommé à vie.

Les Médicis ne se déclarent pas vaincus et reviennent au pouvoir au XVIIe s et ne le lâcheront plus pendant plus de 200 ans. A la mort de Jean-Gaston de Médicis, le duché de Toscane tombe aux mains des Habsbourg-Lorraine en 1737.

               

Par la suite, Napoléon placera à sa tête sa sœur Elisa Bonaparte. Le Conbgrès de Vienne mettra fin à cette période et les Habsbourg feront un grand retour…mais c’est sans compter les révoltes qui apparaissent en Europe à la moitié du XIXe s. En 1859, les patriotes toscans proclament la république et chassent pour toujours les Habsbourg-Lorraine.

La Toscane vote son rattachement au Royaume d’Italie. Vistor-Emmanuel II choisit le Palais Pitti comme résidence officielle. Le Parlement siège au palazzo Vecchio, dans le salon des Cinq-cents.

On commence une révolution urbanistique qui métamorphosera Florence.  L’enceinte médiévale est abattue. Les arts fleurissent aussi : ainsi le mouvement anti-académique des Macchiaioli, qui est précurtrice du mouvement impressioniste.

Au début du XXe s apparaissent des mouvements futuristes auxquels se joignent des artistes des écrivains et des philosophes. 


                       Coffret en 3 volumes : La passion Lippi ; Le rêve de Botticelli ; L'obsession Vinci    Le roman de Léonard de Vinci
                                             Cliquez sur les photos

Pendant la deuxième guerre mondiale, Florence subit des destructions notamment au niveau de ses ponts. Seul le Ponte Vecchio est épargné, mais les quartiers alentours sont presque entièrement détruits.

La reconstruction malheureusement se fera à la hâte et sans souci de retrouver une harmonie antérieure. La ville connait depuis une difficulté à se retrouver. L’inondation de 1966 a marqué les esprits et a contraint la ville à se ressaisir. Mais elle a été atteinte à nouveau par un attentat mafieux au musée des Offices, qui tuera 5 personnes en 1993.

Florence dont le passé est si prestigieux fait face depuis les années 40 à une baisse de sa population. Mais forte de cette expérience de richesses et de remises en questions, elle saura faire face, sans nul doute, aux nouveaux  équilibres du monde actuel.

Cet article a été écrit par Emmanuelle Falsanisi.

 

   

  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Sienne Medicis part 1 Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation