Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Vinci
Publié par EF041008 le 1/8/2009
 Vinci

Léonard de Vinci est né en 1452 Toscane dans le village dont il porte le nom.

Son père fut nommé notaire accrédité auprès de la Seigneurie à Florence en 1469. La famille au pouvoir est alors les Médicis et c’est le plus célèbre d’entre eux qui s’installe : Laurent le Magnifique.

C’est à cette époque que Léonard entre dans l’atelier de Verrocchio, où il acquiert une formation dans de multiples domaines : peinture, sculpture et décoration.











Léonard de Vinci est né en 1452 Toscane dans le village dont il porte le nom. Il est le fils naturel d’un  notaire et d’une paysanne, qui meurt alors qu’il n’a que 5 ans. Il est donc élevé chez son père et ses belles- mères, car son père s’est marié quatre fois et a eu 13 enfants.

Il eut une éducation soignée, mais resta toujours un peu critique quant à l’enseignement académique, préférant afficher une attitude plus autodidacte.

Son père fut nommé notaire accrédité auprès de la Seigneurie à Florence en 1469. La famille au pouvoir est alors les Médicis et c’est le plus célèbre d’entre eux qui s’installe : Laurent le Magnifique. C’est à cette époque que Léonard entre dans l’atelier de Verrocchio, où il acquiert une formation dans de multiples domaines : peinture, sculpture et décoration.

Il réalise aussi de nombreux dessins d’architecture et est un des premiers à préconiser la canalisation de l’Arno entre Pise et Florence. Il travaille sur des projets de Moulins, de machines à eau…

                                                   

A vingt ans il entre à la guilde des peintres, ce qui lui permet de répondre à des commandes personnelles.C’est à cette époque qu’il réalise ses premières œuvres : la Madone à l’œillet, la Madone au chat…

En 1482, Léonard de Vinci part sur la proposition de Laurent de Médicis pour la cour des Sforza à Milan, chez Ludovico Sforza, dit le More.  Vinci sera suivi d’autres artistes comme Botticelli, le Pérugin, Guiralandaio et Piero di Cosmo qui seront envoyés soit à Milan soit à Rome chez le Pape : cela reflète une intense activité diplomatique.

Laurent avait envoyé à Ludovico une lyre en argent en forme de crâne de cheval pour consolider leur alliance.  Léonard arrive avec ses recommandations et son « CV » , qui met en valeur ses qualités d’ingénieur, dans les domaines civiles et militaires,  en plus de celles d’artiste. Il allait rester plus de 20 ans au service de Ludovic le More.

Il travaille alors sur le projet Il Cavallo, le retable La Vierge aux rochers, la Cène, le Portrait d’un musicien …son activité est intense. Il travaille en même temps sur l’urbanisme, l’hydraulique, la géologie  qui le passionnent. 

                     
                La Vierge à l'Enfant avec St-J.Baptiste                        Saint-Jean Baptiste
                        dite la Vierge aux rochers


Il travaille alors sur des constructions, des machines de guerre ou des machines industrielles. Il étudie la résistance des matériaux, ébauche un traité sur la fonte avec la mise au point d’un four, dessine des crics, des horloges, des procédés de levage…

 Il travaille sur des sujets de plus en plus variés et note toutes ses remarques dans des cahiers : le Codex Trivulce et le Manuscrit B sont les  plus anciens qui aient été conservés. C’est son disciple Melzi qui gèrera ce fabuleux héritage. L’étendue du savoir de Vinci est incroyable. Il touche à tous les domaines scientifiques avec la même maîtrise. 


                      Léonard de Vinci : Le rythme du monde          Léonard de Vinci (1452-1519) : Tout l'oeuvre peint et graphique
                                                         Cliquez sur les images


En 1499, il retourne à Florence suite à la chute de Ludovic Le More. Sur son chemin, il s’arrête à Mantoue chez Isabelle d’Este, qui entretenait une cour très raffinée. Pour elle, il exécute un portrait au fusain, qui devait servir à un portrait peint qui ne fut jamais réalisé.

Après une brève présence chez les Borgia, il s’installe à Florence jusqu’en 1506. A partir de ce moment il partage son temps entre les deux villes Milan, où il est cette fois ci au service des Français, Charles d’Amboise, et déploie une grande activité d’architecte et de décorateur et Florence. 


                                        
                 Portrait de dame dit la belle ferronnière          
 

Pendant son séjour florentin, il réalise la Madone aux fuseaux puis son tableau magistral la Bataille d’Anghiari, qui fut commandé par la République de Florence pour commémorer la victoire de 1440 sur les Milanais. Pour ce dernier tableau, il peut enfin se mesurer à son rival Michel-Ange. Ce dernier peindra d’ailleurs le mur opposé de la Salle des Cinq-cents au Palazzo Vecchio : il réalisera la Bataille de Cascina.

Toutefois le sort de ce tableau fut funeste puisque Vinci utilisa la peinture à l’huile, qui mit longtemps à sécher et finirent par couler, sans compter que le carton de cette toile finit par se perdre.

En 1513, il quitte définitivement Milan, reconquise par la coalition anti-française. Il s’installe alors à Rome et travaille pour Giuliano de Medicis , frère de Léon X. Mais à Rome, il ne trouve pas la reconnaissance qu’il attend : il est en concurrence avec Raphael , qui travaille sur les fresques de la Chambre du Vatican et Michel-Ange, qui vient de terminer la voute de la chapelle Sixtine et est au faîte de sa gloire.

Il vit isolé et à la mort de son protecteur Giuliano,  souhaite quitter Rome. François Ier ayant gagné Marignan et repris de l’influence en Italie, il part en France où il réside à Amboise, au manoir de Cloux et il est nommé « premier peintre ingénieur et  architecte du Roi ».

Il travaille sur des projets d’architecture et de canalisations et d’assèchement de marais  pour Romorantin. Il finit surtout son projet initié à Rome : La Joconde.

                        
                         Monna Lisa del Gioccondo

Cette œuvre est empreinte de mystères. On a longtemps pensé que cette toile était le portrait de Mona Lisa Gherardini, épouse du marchand florentin Francesco del Giocondo. C’est de cette supposition que lui vient le nom de La Joconde. Toutefois, nul ne sait vraiment qui est cette femme magnifiquement peinte.

Le mystère porte aussi sur la date d’exécution. La peinture a été faite pour Julien de Médicis, mais sa réalisation date certainement de beaucoup plus tard.

Nul le l’ignore, le mystère porte aussi sur son sourire…les explications les plus folles sont venues alimenter le mystère… la dame aurait subi un traitement au mercure, qui lui aurait noirci les dents, une paralysie aurait frappé la parie gauche du visage, le bruxisme qui lui ferait grincer les dents…ou encore La Joconde était-elle enceinte…

Même Freud y est allé de son commentaire, disant que cette femme était le portrait idéalisé de sa mère… Enfin, La Joconde aurait été à l’origine dessinée nue… ce qui contre carre peut-être les théories de Freud. 

                                

En 1519, il travaille sur le projet de château de la reine mère, Louise d’Angoulême, comtesse de Savoie, qui souhaitait l’établir à Romorantin. C’est finalement à Chambord que se construira ce magnifique château.

Mais Léonard de Vinci est atteint de paralysie de la partie droite, qui le gêne même s’il peut toujours travailler de la partie gauche. Il mourut en 1519.

Nombreux artistes ont représenté la mort de Vinci, particulièrement Ingres qui le fit mourir dans les bras de François Ier. Son génie et sa générosité lui valurent de devenir un mythe.

Cet article a été écrit par Emmanuelle Falsanisi.




      
  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Verrocchio Donatello Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation