Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Rothschild
Publié par EF041008 le 16/12/2009
 Rothschild

Meyer Amschel Rothschild ( 1743-1812),modeste changeur de la Judengasse à Francfort, fils de Amschel Moses Rothschild est né à Francfort. Il bâtit une dynastie dont le motto est Concordia, Integritas, Industria.


   




                               

Dernières nouvelles des Rothschild
Watteau et l'art graphique

Meyer Amschel Rothschild ( 1743-1812),modeste changeur de la Judengasse à Francfort, fils de Amschel Moses Rothschild est né à Francfort. Il bâtit une dynastie dont le motto est Concordia, Integritas, Industria.

C’est lui qui a commencé réellement la dynastie des Rothschild au plan international en créant une maison de change et en plaçant chacun de ses 5  fils dans des villes européennes  avec pour mission d’y conduire les affaires : Nathan à Londres, James à Paris, Solomon à Vienne, Carl à Naples et le plus agé resta avec lui.

Il a su faire les mariages adéquats pour entretenir les relations et accroitre la richesse de la famille. Ce sont majoritairement les deux branches de Paris et de Londres qui eurent les plus grandes réussites, non sans une certaine rivalité. La branche londonnienne se focalisa sur la finance, tandis que la branche française connut une renommée internationale grâce à sa philathropie, ses arts, son vin.

Fin collectionneur, Meyer vend les plus belles pièces de sa collection de monnaies et de gravures anciennes à Guillaume IX de Hesse, collectionneur lui-même. Ses cinq fils Amschel , Salomon, Nathan, Carl, James seront aussi collectionneurs , mais c’est surtout leurs descendances qui seront experts en la matière.

                        

La caractéristique majeure des Rothschild est leur caractère cosmopolite : ils seront européens avant d’être allemands, anglais, italiens ou français.

C’est pendant les guerres napoléoniennes que la richesse des Rothschild se construit finançant l’effort de guerre coté anglais. Grâce à leurs réseaux d’agents, ils étaient au courant des moindres faits et gestes en Europe et pouvaient ainsi anticiper. Nathan surtout a spéculé sur la bataille de Waterloo…

Nathan Mayer Rothschild a commencé son entreprise à la City à Londres : N.M.Rothschild and Sons en 1811. En 1816 et 1818, tous les frères furent anoblis par l’Empereur prusse Francis Ier. Ils devinrent Barons ou Freiherr  et commencèrent à utiliser les particules Von ou De devant leur nom.

                    Lafite Rothschild     Gitana : 100 ans de passion Rothschild
                                          Cliquez sur les images

La branche française s’établit en 1812. Jacob Mayer était le plus jeune frère ; son nom fut changé en James. Il fonda en 1817 les Rothschild Frères. Il investit aussi dans le vin eu après la classification en grands crus de 1855.

C’est un premier cru, le Château Lafite,  qu’en 1868 le Baron James de Rothschild, créateur de la première branche des Rothschild en France,  acquiert et qui deviendra par la suite la propriété de ses trois fils Alphonse, Gustave et Edmond.

Comme toutes les grandes familles richissimes (cf Rockefeller, Vanderbilt),  les Rothschild investirent dans les chemins de fer qui émergeaient et commençaient à poindre un peu partout. Ils financèrent aussi le canal de Suez et de grands projets visant à faciliter le commerce.

                          Edmond de Rothschild. L'homme qui racheta la Terre sainte     L'amour est une affaire de femmes
                                              Cliquez sur les images

La tradition de collectionneurs se perpétrait depuis Meyer. Amie de peintres et peintre elle-même, Charlotte de Rothschild (1825- 1868), fille ainée de James (France) légua une grande partie de sa collection au Louvre, notamment des primitifs italiens,  et à différents musées( cf son don de la collection du compositeur Isaac Strauss sur les objets du culte juif légués au musée de Cluny).  Charlotte est ainsi dans la lignée des grandes collectionneuses telles que les Etats-Unis pouvaient en avoir ( cf Isabelle Steward Gardner ).

Parmi les enfants de James, deux de ses fils eurent des influences majeures sur les collections de musée français : Alphonse et Edmond. Alphonse avait collectionné des œuvres du XVIIIes et des œuvres de l’école du Nord (Rubens, Rembrandt…). Il soutenait aussi l’œuvre de jeunes artistes et a constitué ainsi  un nombre d’œuvres incroyables qui allait cionstituer la base de nombreux musées nationaux.

Edmond de son côté, dernier fils de James, a été intimement associé au musée du Louvre. 40 000 gravures, 6000 dessins, peintures de l’école allemande du XVes et XVIes. 

A sa mort, la baronne Salomon (1843-1922), belle fille de James, légua à l’Etat son hôtel, rue Berryer à Paris : à l’intérieur, de l’orfèvrerie allemande, des objets d’art de la Renaissance, et du XVIIIes.

                      
                                            Villa Ephrussi, Saint-Jean-Cap-Ferrat

Enfin une autre branche de la famille fut très collectionneuse et contribua à la richesse nationale par des legs généreux : c’est Charlotte-Béatrice Ephrussi (1864-1934), fille d’Alphonse de Rothschild, fils ainé de James (France), qui légua à l’Institut de France sa villa Ile de France à Saint-Jean Cap Ferrat.

Du côté italien, Adolphe est aussi un grand collectionneur. Il forme une incroyable collection d’orfèvrerie religieuse du  XIIe au XVIes, qu’il légua au Louvre en 1901. En parallèle, son cousin lègue au British Museum une collection d’orfèvrerie tout aussi remarquable.

Le XXe s fut plus compliqué pour la famille Rothschild : la deuxième guerre mondiale d’abord et les nazis qui réquisitionnèrent leurs biens ; la question juive et du retour des Juifs sur la Terre d’Israel, car une partie de la famille soutenait le retour tandis qu’une autre y était moins favorable ; l’arrivée des Socialistes en France et la nationalisation de la Banque Rothschild ( David recréa immédiatement une autre banque qui eut un succès retentissant).

Finance, Art, philanthropie… l’Europe doit beaucoup à la famille qui par sa générosité nous permet de voir des merveilles dans les musées.

Cet article a été écrit par Emmanuelle Falsanisi


  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Bordeaux part 2 Route des vins en Bordelais Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation