Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Régions du monde > Aquitaine > Bordeaux part 1
Bordeaux part 1
Publié par EF041008 le 26/12/2009
Bordeaux part 1

Très tôt l’histoire de Bordeaux a été liée à l’histoire du vin. Sous l’époque romaine, Bordeaux reçoit ses vins de Narbonne, qui avait été fondée en 118. La Garonne est devenue sous les Romains une grande artère commerciale et Burdigala s’affirme comme une cité pacifiée propice au commerce...









 
 






                                    
Nouveautés livres
 

   Vins de Bordeaux : Libournais, Médoc, Graves et liquoreux     Le Marché des Réputations : Une sociologie du monde des vins de Bordeaux



Dernières nouvelles de Bordeaux
Cognac à Bordeaux

Très tôt l’histoire de Bordeaux a été liée à l’histoire du vin. Sous l’époque romaine, Bordeaux reçoit ses vins de Narbonne, qui avait été fondée en 118. La Garonne est devenue sous les Romains une grande artère commerciale et Burdigala s’affirme comme une cité pacifiée propice au commerce.

Mais les habitants de Burdigala ne souhaitaient pas rester sous la dépendance de Narbonne pour l’approvisionnement du vin. Ils ne souhaitaient pas payer la taxe demandée qui enrichissait les négociants de Narbonne. Ils cherchèrent alors des moyens de fabriquer leur propre vin.Les Bordelais se transformèrent alors en aristocratie foncière.


                                      Le grand guide des vins de France    Histoire de la vigne & du vin en France, des origines au XIXe siècle
                                                                   Cliquez sur l'image


Par ailleurs, Burdigala , de part sa capacité à maintenir la paix et à faire du commerce, a abrité l’aristocratie romaine. Les Hauts Fonctionnaires venaient à Burdigala et les gouverneurs d’Aquitaine étaient de grandes pointures. Burdigala était alors une capitale cosmopolite avec des bâtiments monumentaux et une université, qui allait supplanter celle de Marseille.

Au Ve s, Burdigala allait vivre la pression des invasions.  Vandales, qui vont vers l’Espagne et l’Afrique du Nord, Wisigoths, Francs. Clovis entre à Bordeaux en 507, puis Childebert, Chilpéric…Puis les Gascons font des assauts répétés, puis les musulmans. Enfin Charles Martel bat les Arabes à Poitiers ce qui lui permet de récupérer Bordeaux en 735. En 768, Pépin le Bref reprend la ville et en 768, Charlemagne fait construire le château de Fronsac.

                       

Mais Bordeaux n’est pas intégrée au pouvoir central et ne souhaite pas avoir de relations particulières avec Toulouse. C’est une ville d’aristocrates fonciers, de viguiers, officiers placés par les ducs et comtes, prévôts. Une Eglise bordelaise se créé.

Lors de la succession de Guillaume X en 1137, la jeune Aliénor doit se marier avec Louis VII, mais ce mariage ne durera pas, Aliénor préférant la jeunesse d’Henry Plantagenêt, comte d’Anjou, duc de Normandie. Cette union allait avoir des répercussions immenses sur les relations entre Bordeaux et l’Angleterre. Aliénor fit venir son fils Richard Cœur de Lion pour le gouvernement anglo-gascon.

C’est Edouard qui a mis l’empreinte la plus forte en termes de structures administratives. Il créa un Echiquier, qui devint un connétable et second personnage du duché. De nombreuses églises et d’hôpitaux apparaissent à cette époque aussi, car il fallait recueillir les pèlerins allant à Saint-Jacques-de-Compostelle. Les ordres mendiants s’installent à Bordeaux : les Frères Mineurs, les Clarisses, les Carmes, les Augustins.


                         


Au début du XIIe s apparaissent des Burgenses, bourgeois, mais aussi de s chanoines, des chevaliers. Cette nouvelle population entraine une municipalisation plus forte . C’est à cette époque que l’on créé les plus anciens statuts de la ville Coutumes et Etablissements ( 1254). Suivant ces statuts, Bordeaux avait un maire élu par les jurats, pour un an, rééligible seulement après 3 ans révolus.

Cette Jurade allait assurer la défense de la ville avec la milice bourgeoise, gérer les finances, exercer la justice…Elle jurait fidélité au Roi.

L’alliance d’Aliénor avec Henry avait eu pour conséquence d’augmenter les exportations de vins vers les pays du Nord. Les Bordelais se faisaient aider par les Bretons pour le transport du vin et les Bordelais assuraient les productions. Il y avait les Vintners anglais, acheteurs qui venaient visiter les vignes, et les producteurs bordelais ( cf route des vins ). 

                                 Bordeaux secret et insolite : La face cachée du port de la lune   Le petit Futé Bordeaux 2010
                                                      Cliquez sur les images



Le marché s’ouvrait aux ports hanséatiques et aux Pays-Bas. Ils chargeaient du vin pour Dunkerque, Dantzig, pour la mer du Nord et la Baltique.

Bordeaux devient alors un port important pour les exportations vers le Nord. Le pastel, venant du pays de cocagne, nécessaire pour la teinture est une mine d’or qui se vend au XVe s. L’huile d’olive  (cf oliviers ), les prunes s’échangent contre les poissons salés, la morue de Terre-Neuve, la sardine d’Angleterre ou de Bretagne.

L’ouverture du commerce avec le continent américain est une aubaine pour Bordeaux : sucre, cassonade, gingembre, girofle de Zanzibar , tabac… Au XVIIIe s , Bordeaux est devenu le plus grand port du Royaume.  Les Hollandais sont devenus les plus gros acheteurs en vin. Des colonies hollandaises, irlandaises, juives, hanséates s’installent à Bordeaux.

Cet article est suivi par Bordeaux part 2


  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Bordeaux, le vin, l'Aquitaine est créée Bordeaux part 2 Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation