Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Régions du monde > Aquitaine > Bordeaux part 2
Bordeaux part 2
Publié par EF041008 le 8/1/2010
 Bordeaux part 2

La ville de Bordeaux a connu un XVIIIe s majestueux. Son architecture représente cet éclat monumental. De grands hommes à la hauteur de ce prestige furent les grands maîtres de ce développement...











 
 



 





Nouveautés livres
 

   Vins de Bordeaux : Libournais, Médoc, Graves et liquoreux     Le Marché des Réputations : Une sociologie du monde des vins de Bordeaux



Dernières nouvelles de Bordeaux
Du Cognac en terre bordelaise

La ville de Bordeaux a connu un XVIIIe s majestueux. Son architecture représente cet éclat monumental. De grands hommes à la hauteur de ce prestige furent les grands maîtres de ce développement.

Boucher d’abord qui créa la place Royale et son ensemble monumental. Tourny ensuite, intendant de Guyenne de 1743 à 1757, qui voulait que le voyageur arrivant par la rivière soit frappé par la splendeur de la ville. Son rêve est atteint. Bordeaux est une ville sobre et mesurée, mais dont la splendeur architecturale laisse sans voix.

Bordeaux est devenue au fil des différentes transformations une ville de pierre blanche. Le néo-classicisme triomphe et se perpétue au XIXe s. Des aménagements se font au niveau du port véritable artère économique puisque l’activité tourne essentiellement autour du négoce.

                                Le grand guide des vins de France    Histoire de la vigne & du vin en France, des origines au XIXe siècle
                                                         Cliquez sur les images


Le chemin de fer vient aussi s’immiscer dans la vie économique. Comme à Nice, c’est une source de lien avec le Nord de la France. C’est une opportunité, mais pour le Bordelais fortement attaché à son autonomie c’est aussi une perturbation.

Lorsque l’on se penche sur l’histoire de la gare de la Compagnie du Midi, on comprend que le chemin de fer n’est pas forcément le bienvenu…cette gare restera 30 ans provisoire…Il faudra attendre 1857 pour que se créé la gare de Paris-Orléans-Bordeaux , puis celle de l’Etat en 1878, puis celle de Saint-Jean.

Seul l’air reste malsain. La ville étant entourée de marais, des gaz s’élèvent en été et le sol de la ville n’est pas bien drainé. Il fallait creuser des égouts mais cette entreprise allait prendre un temps incroyable et Bordeaux a longtemps souffert de ce retard. L’alimentation en eau potable, l’électrification aussi allaient mettre un temps long avant d’être effectuées dans la ville. 

                          

Bordeaux est au début du XXe s une ville qui reste essentiellement tertiaire et où l’industrie progresse lentement. La taille des entreprises est plutôt petite et les travailleurs souvent indépendants. C’est peut-être ce qui explique sa tradition de compagnonnage.

Les tumultes sociaux l’atteignent  en 1884 lorsque les syndicats sont légalisés. Comme partout en France et en Europe des syndicats apparaissent. La CGT s’implante à Bordeaux et comptera 20 000 adhérents en 1910 et 40 000 en 1920.En 1919, c’est la CFTC qui s’implante.

 Des conflits durs chez les dockers apparaissent en 1910. L’influence anarchiste, que l’on connait aussi en Catalogne, n’est pas loin. Elle atteint les chemins de fer. Lors du Front Populaire, Bordeaux n’est pas en reste et les grèves mobilisent 25 000 ouvriers.

Face à ces mouvements, les patrons s’organisent aussi. Chambre de Commerce, Maison des Syndicats, Fédération Patronale de la Gironde.  Ils cherchent à développer Bordeaux en lui créant de nouveaux moyens de communication : ainsi la création en 1924 du port autonome ou celle de l’aéroport de Mérignac. Les Américains les aident en 1918 à construire le port de Bassens, où se créeront par la suite des hangars à oléagineux, à bois exotiques…

                                      Les notes Parker des vins de Bordeaux   Guide du Bordeaux
                                                      Cliquez sur  les images


Le vin continue de se développer. Les grands domaines du Médoc, Sauternais, Graves…De grandes maisons se développent Lafite-Rothschild, Margaux, Yquem…La classification de 1855 a considérablement structuré le vignoble. Les grandes fortunes se penchent sur le bon vin : Rothschild, Cruse ( Saint-Aubin)…(cf Route des vins en Bordelais)

Mais Bordeaux va connaitre comme tout le monde les difficultés de la crise de 29, puis celle de la deuxième guerre mondiale. Les vignobles sortiront presque abîmés de cette période. Ces familles investiront fort heureusement beaucoup d’argent pour sauver ce patrimoine économique.

Comme dans beaucoup d’endroits en France, Bordeaux est , après la guerre, le lieu d’un renouveau culturel. Les partis politiques se structurent : les Communistes créent la Gironde Populaire,les socialiste créent le Parti Girondin et le parti radical crée l’Action radicale socialiste. Le journal Sud-Ouest est créé. Des radios s’installent, puis la télévision. Une véritable ébullition culturelle apparait autour du théâtre, de l’opéra ou de la musique.

Jacques Chaban-Delmas, le dynamique maire de Bordeaux favorise cette effervescence : activités culturelles, nouvelle communauté urbaine de Bordeaux (CUB)… Le maire est sur tous les fronts. Il bouscule les traditions. Il a des ambitions nationales et Bordeaux l’aide à les obtenir. Il a su mettre en place un système politique «  le système Chaban-Delmas » basé sur un savant équilibre de jeux politiques entre Bordeaux et sa région.


                      


Il est maire de la ville depuis 1947 et décide de céder sa place en 1995 à Alain Juppé, alors ministre des Affaires Etrangères du gouvernement Balladur. Il deviendra Premier Ministre et Président du RPR, le parti de Jacques Chirac.

De nombreuses initiatives sont prises pour rétablir un climat de confiance après une fin de règne Chaban-Delmas marquée par des scandales. Bordeaux ouvre ses portes aux entreprises, réaménage son environnement urbain en restructurant notamment la place de la Bourse. On détruit les hangars du port, dégage les quais. Le centre s’anime pour les jeunes. Le tramway fait son entrée.

Au début du XXIe siècle, Bordeaux a retrouvé toute sa prestance, sa pierre blanche et son dynamisme. C’est une ville qui a gardé ses liens avec le monde anglo-saxon comme son histoire le prouve, mais qui a su aussi prendre le virage de l’Europe.


  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Bordeaux part 1 Rothschild Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation