Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Régions du monde > Nouvelle Orleans, la ville du Jazz
Nouvelle Orleans, la ville du Jazz
Publié par EF041008 le 7/2/2010
 Nouvelle Orleans, la ville du Jazz

La Nouvelle Orléans a été créée sur un méandre du Mississipi , d’où son nom the Crescent City( la ville croissant). Elle est entourée par le lac  Ponchartrain et le Mississipi. La plus grande partie de la ville se situe en dessous du niveau de la mer et s’enfoncent toujours dans certains quartiers.

C’est une ville intense, reflet de l’histoire  américaine et de l’âme pluriraciale des Etats-Unis. C’est une ville qui a eu de profondes blessures, et l’esclavage en est une, et qui doit constamment lutter courageusement  contre des intempéries dévastatrices.

Mais elle a su créer une musique, un style architectural et un carnaval  qui sont la preuve, s’il en était besoin, de sa force de caractère.






                            HOTELS A LA NOUVELLE ORLEANS?

                


Dernières nouvelles de la Nouvelle-Orléans
Marée noire dans le Golfe du Mexique

Le temps qu'il fait à la Nouvelle-Orléans
http://www.nola.com/weather/

Carte de la ville

                                


Les Espagnols sont les premiers Européens à s’installer dans les territoires amérindiens de la future Louisiane.  C’est Hernando de Soto qui, vers 1540, parvient au Mississipi par la Floride, qu’avait découvert auparavant Ponce de Léon à a recherche de l’eau de jouvence.

Les Français de leur côté avaient abordé les côtes Nord de la Nouvelle Angleterre et de l’Acadie ( cf Pionniers Nouvelle Angleterre ). Henri IV, décidé de s’implanter dans la région pour des raisons économiques, désigne d’abord Aymar de Chaste, Gouverneur de Dieppe et chevalier de Malte, comme titulaire du monopole du commerce dans la région. A sa mort, c’est Pierre du Gua du Monts qui emmène Champlain dans son navire, financé par la Marquise de Guercheville.

Après les attaques de Samuel Argall, les Français lancent des expéditions vers le Nord (et le futur Québec) et vers le Sud (et la future Louisiane). Robert Cavalier de la Salle explore en 1670 le fleuve Ohio, puis l’Illinois, puis le Mississipi. Le Français rencontre les Indiens Attakapi qui lui apprennent  à naviguer sur le fleuve. 


              
     
                                                                                          Photo Credit JCarriker


Les Français de Nova Scotia (
Acadia ) descendent vers le Sud et formeront ce que l’on appellera les Cajuns ( Acadiens).
La Salle construisit Fort Crèvecoeur sur l’Illinois  puis descendit le Mississipi. Le 9 avril 1682, il baptisa la région la Louisiane en hommage au Roi de France Louis XIV. Sur ce qui est aujourd’hui Memphis Tenessee, il bâtit Fort Prudhomme. 

Après un voyage en France, il revint pour fonder une colonie à l’embouchure du Mississipi mais se perd au Texas et se fait tuer. Après son échec, les expéditions sont abandonnées pendant 12 ans. C’est Pierre Lemoyne d’Iberville, explorateur canadien d’origine de Rouen en Normandie, qui est choisi pour réorganiser les explorations. Il prend contact avec les tribus indiennes et rédigent de nombreux rapports.

C’est la Compagnie des Indes Occidentales, créée en 1664 par Colbert, qui finance l’expansion de la Colonie. Après la désastreuse guerre des Natchez, qui ruine la Compagnie des Indes, Louis XV accepte de reprendre le contrôle de la colonie. Bienville est nommé gouverneur de Louisiane avec pour mission de rétablir la confiance.



              
De New Orleans à Nashville : La route mythique de la musique      Louisiane et les villes du Sud
                                         Cliquez sur les photos


Le jeune frère de Pierre Lemoyne d’Iberville, Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville fonde en 1718 la ville de la Nouvelle Orléans, en hommage au régent , le duc d’Orléans. Ce sont les architectes  Adrien de Pauger et le Blond de la Tour  qui dessineront  les plans avec des rues à angles droits.

Les conditions de construction sont difficiles : forêts, ouragans, moustiques perturbent l’avancée des travaux…mais la ville s’établit dans une ambiance  multiraciale avec une population créole, une autre originaire d’Afrique , les Indiens et les Européens.

En France, Louis XV est confronté à la Guerre des Sept Ans, qu’il perdra et devra signer en 1762 le Traité de Fontainebleau, où il perdra la Louisiane ( rive droite du Mississipi) et la Nouvelle Orléans  au profit des Espagnols, confirmé par le traité de Paris, où il perdra  la partie orientale du Mississipi.
 
Les Espagnols ne s’investirent pas trop dans la région et rétrocédèrent la région aux Français. La Nouvelle Orléans redevint française sous Napoléon Bonaparte. Mais ce dernier la jugea impossible à administrer et la vendit aux Etats-Unis nouvellement créés (cf…) pour 80 millions de francs.


            
Crescent City Bounce : From Blues To R&B In New Orleans     Louis And The Good Book
                                         Cliquez sur les images


De 1803 à 1860, la population passa de 8000 à 170 000 habitants. En 1840, La Nouvelle Orléans était la ville des Etats-Unis qui croissait le plus rapidement. Cette ville connaissait une sorte d’âge d’or. C’était une base de commerce extrêmement importante : port, entrepôts…

Dans les années 30 et 40, la demande mondiale pour le coton entraina la création d’une industrie. Des Créoles en provenance d’Haiti, fuyant la révolution de Toussaint  Laventure, créaient des plantations en Louisiane.  Les planteurs du Mississipi étaient les Rois du coton, mais ils avaient bâti leur puissance sur l’esclavage.

Le développement de cette industrie a été facilité par la modernisation du port, la création de canaux ( New basin canal) et voies navigables qui montaient haut dans le fleuve et l’arrivée du bateau à vapeur qui deviendra l’emblême de la ville de la Nouvelle Orléans. En 1845, 2500 bateaux à vapeur sont répertoriés.


                       

C’est une ville riche et affairée que conquirent en 1862 les Nordistes (Union) lors de la Guerre de Sécession. C’est aussi une ville où l’esclavage, la prostitution ( les casket girls) et le crime  régnaient en maître. Des maisons closes étaient chose commune et  des prostituées du quartier de Storyville vivaient dans de luxueuses maisons, ainsi « countess » Willie Piazza ou Josie Arlington.

En 1890 se produisit le crime de l’officier de police David Hennessy. 19 membres du gang des Siciliens furent arrêtés, puis furent relaxés. Les Italiens arrivaient souvent aux Etats-Unis par la Nouvelle Orléans avant d'aller s’installer à Chicago ou à New York. Un sentiment anti-italien commença à apparaitre.

A la veille de la Première Guerre mondiale, la Nouvelle Orléans était un endroit peu fréquentable. Malgré des essais, la prostitution avait toujours pignon sur rue et la société du crime ne faisait que croitre. Ce n’est que dans les années 30 que la ville fit raser Storyville pour y construire l’Iberville Housing Project.
 

                             


La Mafia mit plus de temps avant de s’éteindre. Un de ses représentants les plus connus est «Carlos « Little Man «  Marcello qui commença sa vie de mafieux à la Nouvelle Orléans avant d’aller s’installer à New York avec Franck Costello dans le racket des machines à sous. Il fut nommé leader de la mafia de Louisiane en 1947 et fut mêlé à de nombreux crimes.

Cela n’empêcha pas la musique de prospérer. Le XIXe s avaient vu la musique se développer dans les réunions du dimanche.  Les esclaves se réunissaient par delà les remparts à Congo Square et dansaient sur des rythmes africains.
 
Le Carnaval pris le relais et le Mardi Gras Indians étaient une opportunité pour les bandes noires de danser sous des masques indiens. Les Indiens retrouvaient dans la population noire des frères oppressés comme eux. Ce Mardi Gras Indians a été le berceau originel de la musique Jazz.

Le Ragtime prit son essor dans la ville à la fin du XIXe s et de nombreux clubs ouvrirent, comme le Cornet carnival club. Les rythmes primaires de la  musique s’enrichirent de nombreux instruments comme le violon, la guitare.
Des joueurs de blues apparurent et de nombreux musiciens commençaient à faire des tournées en dehors de la ville, ainsi Jelly Roll Morton ou encore The Original Créole Orchestra. 

                        
New Orleans: Elegance and Decadence     Historic Photos of New Orleans Jazz
                                                              Cliquez sur les images
                        
Chicago et New York devinrent les villes les marchés les plus florissants du jazz de la Nouvelle Orléans et de nombreux musiciens quittèrent la ville , parmi lesquels le plus célèbre d’entre eux Louis Armstrong.
Après ce début de siècle haut en couleur, la Nouvelle Orléans allait devoir s’organiser.
 
Dans les années 20, des modernisations se firent dans la ville : digues , rambardes, pompages ( proposés par Baldwin Wood) améliorant la vie dans cette ville chargé d’histoire. Mais cela ne fut pas réellement amélioré au cours du XXe s laissant la ville dans un état d’une grande fragilité.

Au début du XXIe s , la ville est à majorité noire, pauvre, pour grande partie analphabète  et en lutte avec la police locale. Les débuts ou les fins de vie se font souvent à l »Angola prison », où bon nombre de ceux qui entrent y décèdent.

C’est pourquoi lorsque  l’ouragan Katrina se déchaine sur la ville le 29 Aout 2005, lorsque les digues qui n’étaient pas assez solides se rompirent, créant une dévastation sans précedant dans l’histoire des Etats-Unis et de la Louisiane, le monde entier découvre le vrai visage de la Nouvelle Orleans.

Cette pauvreté que personne ne voulait voir car elle est le fruit de l’histoire de notre civilisation ressurgit subitement et nous laisse un profond sentiment de tristesse et de culpabilité. L’élan de générosité mondial qui a suivi, le véritable courage des habitants de la Nouvelle Orléans qui s’est reconstruit  souvent sur les mêmes terres inondables sont des signes de la renaissance lente de cette ville si souvent heurtée.

Mais à la Nouvelle Orléans, on n’est pas longtemps triste… la musique n’est jamais très loin pour nous faire retrouver le sourire. Trompettes, hip hop, zulu danse.. peu importe du moment que le rythme y est. Alors devenons pour un jour King ou Queen Story et dansons !

Cet article a été écrit par Emmanuelle Falsanisi

Autre article sur la Nouvelle Orléans et la Louisiane de CYBERPRESSE CA
http://www.cyberpresse.ca/voyage/etats-unis/201009/16/01-4316265-les-meandres-de-la-louisiane.php?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter&utm_campaign=Voyage


  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent regions Routes des vins Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation