Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Xi'an
Publié par EF041008 le 24/2/2011
 Xi'an

Xi’An est située au centre  de la plaine de Weishui, à l’ouest du fleuve jaune. Elle est ourlée des montagnes Qinling, qui abritent une des 5 montagnes sacrées du bouddhisme, le mont Hua shan. La route vers le Nord, construite pendant la dynastie des Qing, desservait la Mongolie.

La région de Xi’An est le berceau de la civilisation chinoise avec des vestiges du paléolithique et du néolithique...

C'est la ville des soldats en terre cuite, majestueux et éternels.
 




Xi’An est située au centre  de la plaine de Weishui, à l’ouest du fleuve jaune. Elle est ourlée des montagnes Qinling, qui abritent une des 5 montagnes sacrées du bouddhisme, le mont Hua shan. La route vers le Nord, construite pendant la dynastie des Qing, desservait la Mongolie.

La région de Xi’An est le berceau de la civilisation chinoise avec des vestiges du paléolithique et du néolithique. En 1964, on y a découvert les restes de l’Homme de Lantian datant de 1 150 000 ans, puis plus récemment, en 1978,  ceux de l’Homme de Dali ( 200000 ans) et celui de l’Homme de Banpo.

Depuis les dynasties Zhou et Qin, Xi’An a toujours été le centre culturel et politique de la Chine. Au XIe s , les Zhou viennent s’installer à 10 km de Xi’An. Cette première période des Zhou occidentaux fut marquée par une stabilité politique et une prospérité économique. Ils développèrent la culture du bronze, notamment la reproduction d’objets en bronze.               

                         

C’est sous les Zhou que s’institua le système patriarcal, héréditaire avec des rites donnés exclusivement aux nobles.  L’éducation des 6 arts  avait pour centre rites et musiques, ainsi que tir à l’arc, conduite de char, calligraphie et calcul.

La musique était omniprésente, particulièrement pour célébrer les grands faits du Roi.  Les  instruments de la musique royale étaient divisés en 8 types : or, pierre, terre cuite, cuir, soie, bois, courge et bambou. Plus de 70 instruments appartenaient à ces types : cloches , cymbales, cithare, orgue à bouche …Sous les Zhou, il y avait douze règles de musique et une gamme de 7 sons.

Mais cette dynastie a commencé à péricliter, les Seigneurs vassaux luttaient pour récupérer le pouvoir. Allait lui succéder la période des Zhou Orientaux en 770 av JC. Cette dynastie allait se diviser en deux périodes importantes : l’époque des Printemps et Automnes (770-476 av JC)  et celle des Royaumes Combattants ( 475-221 av JC). Ils quittèrent la ville de Xi’An.

          


C’est Shihuangdi, signifiant le premier empereur, dont le vrai nom est Ying Zheng, établissant la dynastie Qin, qui revint dans la périphérie de Xi’An. Son règne allait durer 37 ans. Il conquit tous les Etats rivaux et  établit un pouvoir important. C’est lui qui se donna le titre de premier empereur et proclama que ses successeurs seraient nommés empereurs aussi.

Il standardisa l’écriture, la monnaie, les lois. Il ouvrit des axes de circulation entre la capitale et les reste de la Chine. Il fit creuser le canal allant du Nord au Sud. En vue d’éviter les peuplades du Nord d’attaquer à nouveau, il fit construire autour des Etats qu’il avait lui-même conquis, une muraille immense : la Grande Muraille.

Il commença à entreprendre aussi ce qui allait devenir son tombeau. De nombreux joyaux et objets rares ont été enfouis dans les palais souverains. Pour protéger ces trésors, un dispositif anti-vol à base d’arbalètes a été conçu. Toutes ses concubines ont été tuées et enterrées avec lui. De même, tous ceux qui ont participé à la construction du tombeau, pour éviter que les secrets ne se propagent.

On a retrouvé dans ce tombeau plus de 50 000 objets funéraires précieux, dont des statues de haut dignitaires, des statues accroupies, des cloches d’or, des portes, deux  attelages en bronze rassemblant plus de 3000 pièces et 1000 ornements d’or et d’argent.

              

Parmi les statues sont représentées des arbalétriers, des fantassins, , des cavaliers et leurs chevaux, des chars de guerre, des guerriers d’apparat, des archers…. Shihuangdi fit aussi brûler les livres et enterrer vivant des lettrés confucéens…De nombreux livres furent cachés dans le peuple et ne réapparurent que beaucoup plus tard.

Le 210 av JC, Shihuangdi mourut et l’eunuque et le premier ministre forcèrent le prince héritier FuSu   à se suicider. Il fut remplacé par un deuxième empereur cruel et la révolte commença. La dynastie des Qin s’effondra rapidement.

Le 202 av JC, Liu Bang monta sur le trône et fonda la dynastie de Han en installant la capitale à Chang’An ( Xi’An). Ils héritèrent des structures léguées par les Qin : 3 chanceliers et 9 ministres, des préfectures, districts gérés par le gouvernement central , fiefs, principautés et marquisats gérés par des familles locales.

La dynastie des Han( 206 av JC- 8 ap JC) construisit de nombreux palais à Xi’An , des murailles, des entrepôts, des dépôts d’arme. Mais les féodalités qui existaient semaient le trouble dans l’administration qui mirent fin à la dynastie des Hans.

 L’avènement de Wang Mang ( 9-23)  entraina une réforme profonde de ce système en déclarant purement et simplement que toutes les terres du pays étaient propriétés de l’Etat et qu’il était interdit de vendre ou d’acheter les terres. La situation était devenue pire que sous les Han et ces derniers furent réclamés à nouveau.

C’est Liu Xiu qui rétablit la dynastie Han ( 190-195 ap JC) : il libéra les esclaves, rendit la terre aux paysans, limita la possession des grands seigneurs. Le règne du fer prit le pas : les outils agricoles s’améliorèrent et les labours des bœufs se généralisèrent. Il remit en état l’économie et les finances.

                 

C’est sous l’Empereur Hedi que l’état se désagrégea à nouveau : querelles d’eunuques, corruption, calamités naturelles entrainèrent de nouvelles agitations paysannes.

Zhang Jiao fut chef d’une secte taoïste du nom de Taiping Tao (Doctrine de la justice). Il voyageait beaucoup pour propager sa doctrine. Il fit courir le bruit que le « Ciel bleu » (les Han) était mort et que l’avènement du « ciel jaune «  avait commencé. Il lança la révolte des « Turbans jaunes ». Peu organisé, cette révolte finit en échec.

Les Han ont développé la technique, l’astronomie, les mathématiques, la chimie…tout était noté. La médecine prit aussi le pas avec des personnes comme Zhang Zhongjing, qui écrivit le « Traité des maladies du froid nocif », ou Hua Tuo qui apporta des avancées en matière pédiatriques, gynécologiques, acupuncture et chirurgie.  Il fut le premier à effectuer des chirurgies avec anesthésies.

Après la période des Trois Royaumes, qui vit la division de la Chine pendant 90 ans, ce fut à nouveau une dynastie qui re-centralisa le pouvoir et le réinstalla à Xi’An : celle des Jin de l’Empereur Wudi. Mais celle-ci ne dura pas et Xi’an perdit régulièrement sa place en faveur d’autres villes de Chine.

La dynastie qui au cours de cette période resta le plus longtemps à Xi’an fut celle des Tang ( 618-907) avec le fameux empereur Taizong. Il élabora un pouvoir important fondé sur les fonctionnaires,qui avaient le droit de faire des remontrances à l’empereur en franchise. Parmi eux Wei Zheng fut le plus connu des fonctionnaires. Taizong recruta des personnes de talent quelle qu’en fut leur origine. Il leva le niveau d’érudition en établissant des écoles. Il imposa le système des examens impériaux, ce qui permit de sélectionner des ministres. Taizong allégea le code pénal , le rendit moins draconien, fusionna les préfectures et districts. 

A la fin de règne, il commença des luttes avec la Corée et les corvées s’accumulèrent , ce qui eut pour effet immédiat de mécontenter le peuple. Taizong mourut et fut remplacé par une femme Wu Zetian. Pour devenir reine, elle n’hésita pas à tuer sa fille dans le berceau …

Intelligente, connaissant l’histoire, elle écrivit un article « Douze conseils » indiquant ce qu’il faut faire en agriculture, en fiscalité, en recrutement d’hommes de talents…Elle gagna une grande réputation. Pour s’assurer le maintien du pouvoir, elle tua son fils ainé, déposa son deuxième fils et nomma son 3e fils…

Son intelligence  se transforma malheureusement en cruauté paranoïaque et elle s’employait à faire régner la division, la jalousie, l’assassinat… de nombreux courtisans perdirent leur vie. L’impératrice la conserva elle jusqu’à l’âge de 83 ans…

Cet article a été écrit par Emmanuelle Falsanisi

  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation