Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Régions du monde > La Nouvelle-Angleterre > Boston, Salem et la guerre d'Indépendance
Boston, Salem et la guerre d'Indépendance
Publié par EF041008 le 23/10/2008
Boston, Salem et la guerre d'Indépendance

Boston fût bâtie en 1630.La « ville sur la colline » fût fondée par John Winthrop, auteur du sermon « a model of christian charity ». 
D'autres émigrants fondèrent Newport, Portsmouth, Salem. En parallelle, des Collèges furent créés comme Harvard, Yale, MIT qui allaient donner à l'Amérique de grands personnages comme Adams, Morse, Clinton, Obama, Bush, Kennedy, Kerry.
Cette région allait être le lieu de l'élan d'Indépendance des Etats-Unis, mais aussi de l'abolitionnisme, du féminisme et de l'expression créative
.

Inclut des vidéos "songs from slavery", Yale, Harvard tour.
Inclut un article "Yale Cradle of Presidents"

   
    






 


                                               HOTELS A BOSTON?

                 




Boston webcam
http://www.earthcam.com/usa/massachusetts/boston/

Boston  fût bâtie en 1630. La « ville sur la colline » fût fondée par John Winthrop, auteur du sermon « a model of christian charity » dans lequel il disait que les colons puritains émigrant dans le Nouveau Monde avait une sorte de pacte avec Dieu pour former une communauté missionnée. Ce sermon sera fondateur du courant prônant la destinée manifeste de la Nation américaine parmi les autres  nations.        
                                                      
  
                                            

Fondé sur un tel pacte, les débats théologiques font rage. Le gouverneur Sir Henry Vane arrive à les contenir et à laisser s’exprimer des opinions différentes. C’est dans ce contexte qu’il soutient Anne Hutchinson. Toutefois son mandat s’achève en 1637 et John Winthrop le remplace, bien décidé à appliquer ses idées. Il condamne Anne Hutchinson au bannissement. 
 
Pendant ce temps 19 hommes, parmi lesquels William Hutchinson, se réunirent chez William Coddington , un riche marchand, s'incorporèrent dans le Bodie Politick (Portsmouth compact), élirent Coddington juge  et décidèrent de quitter Boston pour fonder une colonie à Rhode Island. Coddington acheta Aquidneck Island aux Indiens et la colonie de Pocasset (new Portsmouth ) fut créée. Anne Hutchinson put les rejoindre. 


          
                  
                                           Cliquez sur les photos


Une querelle entre William Hutchinson et William Coddington obligea ce dernier à quitter Portsmouth ; il alla fonder Newport en 1639.

Newport allait continuer à grossir pourtant, avec des arrivées d’immigrants juifs fuyant l’Inquisition espagnole en Espagnol et Portugal (certains venant du Brésil, après avoir défendu les intérêts hollandais contre ceux des Portugais). C’est ainsi que naquit la Congrégation Jeshuat Israël, qui est à ce jour la seconde plus vieille congrégation des Etats-Unis.

         Moi, Tituba sorcière   La lettre écarlate    Nouvelle-Angleterre
                                                    Cliquez sur les images

Les querelles liées au puritanisme persistent; cette ambiance très lourde est brillamment décrite par Nathaniel Hawthorne (qui écrira ses romans un siècle plus tard, mais dont le grand-père était juge au procès de Salem).

Le point d'orgue de cette folie puritaine se déroule à Salem. Les deux filles du révérend Samuel Parris, ainsi que d'autres jeunes filles, se mettent à parler en langue inconnue et avoir des comportements troublants. Considérées comme possédées par le démon, elles dénoncent 3 jeunes femmes de les avoir envoutées. Ces trois jeunes femmes sont Sara Good, Tituba et Sarah Osborne. Celles ci sont accusées de sorcellerie et arrêtées.

                                     Collections of The New York Public Library

                  



Leur procès, ainsi que celui d'autres femmes qui suivirent,  commencèrent en 1692. Plus de 200 personnes furent traduits devant les tribunaux et 30 furent exécutées.
 
Certains hommes ne voulant pas céder à l'hystérie collective furent pendus aussi. Cette folie a été expliquée comme provenant d'une angoisse généralisée due au manque de visibilité de leur futur, de la pression des attaques amérindiennes et d'une angoisse collective amplifiée par la vie en communauté.

Arthur Miller
s'inspirera de ce fait historique pour écrire «The crucible » dans les années 50; il dénoncera ainsi les dérives du maccarthisme. Un film français "Les sorcières de Salem" de Raymond Rouleau reprendra ces dialogues remédiés pour l'occasion par Jean-Paul Sartre (dialoguiste), produit par Raymond Borderie et avec Claude Renoir comme directeur de la photographie.
 


La société bostonienne est très puritaine et revendique ses lois avec vigueur.
Consciente de l’éducation qu’elle doit donner, elle bâtit plusieurs écoles : la Boston
Public Latin School voit le jour en 1635 et un an plus tard c’est au tour de Harvard, du
nom d’un jeune pasteur puritain John Harvard, qui légua sa bibliothèque et certains de
les biens au collège,  d’être créée à Cambridge, près de Boston.
 


                      

.
                                            

Le collège fut fondé grâce à l'obtention de £400 (plus £200 l'année d'après) venant de la General Court et de £779  légués par le pasteur. Fondée 15 ans après l'arrivée des Pères Pèlerins, Harvard n'avait à ses débuts que 9 étudiants et un professeur.
 
La première personne qui fut en charge du Collège fut Nathaniel Eaton. Les premiers diplômés le furent en 1642.

Il y était enseigné des cours classiques pareils à ceux que l'on pouvait enseigner en Angleterre, mais teintés de puritanisme. C'est ainsi qu'il forma de nombreux révérends qui allèrent pratiquer ensuite dans la région.

                      
             Histoire des Américains   
                                                   Cliquez sur les photos
 
Le Collège s'encra dans une réalité intellectuelle à l'arrivée de la première presse en Amérique du Nord, amenée par le révérend Joseph Glover d'Angleterre. Les premières parutions purent ainsi se faire en 1639. Elles étaient d'ordre religieux et avaient entre autres pour mission d'éduquer et d'effectuer du catéchisme auprès des indiens. C'est ainsi que fut diplômé le premier indien en 1665, Caleb Cheeshahteaumuck.

Un tournant fut marqué en 1708 avec l'élection du premier Président qui n'était pas un homme du Clergé, John Leverett. . Le Collège petit à petit s'enrichissait. Des familles riches, notamment la famille Hollis, furent des généreux donateurs. 

L'Université allait fournir à la nation américaine de grands noms de l'Histoire.
En tout huit présidents seront issus de cette université : John Adams, John Quincy Adams, Theodore Roosevelt, Franklin Delano RooseveltJohn Fitzgerald Kennedy  et George W.Bush. Le dernier en date : Barack Obama. Un grand nombre de personnalités du monde des affaires sortirent aussi de cette université.


           Cliquer pour agrandir
                                                  Collections of New York Public Library

 
L’idée de fonder un autre collège  germa dans les années 1640. La fondation de ce projet se fit en 1701, mais ce n’est qu’en 1718 que Yale prit son nom, en hommage à Elihu Yale, qui avait fait une donation en espèces, en livres et biens divers (notamment un portrait du roi George I).En 1732, le Révérend Berkeley fonda la Yale Scholarships afin d’aider les étudiants à faire leurs études (soutiens financiers…).

Cette solide institution était une machine à créer des élites, et à les maintenir, comme beaucoup d’institutions de l’époque. Elle s’installa à New Haven.
 
C’est cette extrême rigueur qui a fait que Yale a survécu à l’épreuve de l’American Revolutionary War ( 1776-1781) en fournissant des élites bien préparées prêtes à bâtir ce qu’allait devenir la nouvelle Amérique.
  
Quatre diplômés de Yale ont signé la Déclaration d’Indépendance : Lyman Hall ( BA 1647) , Philip Livingston ( BA 1637), Lewis Morris ( BA 1747), Oliver Walcott ( BA 1747). D’autres leaders ont été formés à cette Université : Joël Barlow, Timothy Dwight, Noah Webster, Nathan Hale.
                                                                                                                             
Des personnalités du monde des sciences, comme Samuel Morse, sortiront de cette université. Yale continuera à fournir aux Etats-Unis des Présidents et des hommes et femmes d'Etat: Gerald Ford, Bill Clinton, Hillary Clinton, Les Bush père et fils, John Kerry.
 


               
     
                            

                     


Suite à ces succès, l’Université se renforce en créant l’Ecole de Médecine en 1813, la Divinity school en 1822, l’Ecole de Droit en 1847 et enfin l’Ecole de l’art en 1869, créée initialement grâce aux donations de John Trumbull. 

La Nouvelle Angleterre allait aussi se doter d’une dernière grande Université : le Massachussetts Institute of Technology , qui fut créé en 1861 par William Barton Rogers. Cette création est une réponse à la montée en puissance des technologies dans le monde industriel. Son enseignement était centré sur l ‘apprentissage. 

Au milieu du XVIIIème siècle, Boston est la capitale intellectuelle et spirituelle du pays.  Il y a, à cette période, une renaissance de la foi. Les Américains se réunissent autour de Camp Meetings à l'écoute d'un prédicateur, souvent à la campagne.

C'est l'époque du Grand Réveil (The Great Awakening) dans les années 1740 qui met à mal la pensée unique des puritains. Cette renaissance se répand sur tout le pays, imprégnée par les
courants des
Lumières qui se répandent en Europe.


                                           Collections of the New York Public Library

            

La Nouvelle Angleterre n’est pas le centre de cette poussée, mais certaines tendances moins strictes du clergé acceptent des compromis avec l’aile modérée des Lumières Anglaises.

Dans les collèges de Yale et de Harvard, le Nouvel Enseignement (New Learning) l’emporte sur la scolastique protestante du XVIIme siècle.
 Dans toute cette effervescence intellectuelle, le politique n'est pas en reste et doit se métamorphoser.


Réservée à une élite initialement, la politique se démocratise et se professionnalise.
La poussée des Lumières , et notamment le pamphlet de Thomas Paine, Common Sense, réveille la fibre indépendantiste en Janvier 1776 .
                           
La tension anti-anglaise augmenta lors de la bataille de Bunker Hill en Juin 1775 et conduisit les américains des 13 colonies à voter la Déclaration d’Indépendance le 4 Juillet 1776.

John Hancock
fut le premier à signer cette Déclaration ; treize autres personnes de la Nouvelle Angleterre (dont Samuel Adams et John Adams)  signeront cette Déclaration en Août 76.
 Washington, Jefferson vont marquer la politique américaine. Mais d’autres politiciens comme Webster vont revendiquer l'héritage révolutionnaire.  Ils vont commencer à fêter le 4 Juillet comme fête nationale et cultiver le mythe de George Washington.


                                 La maison aux sept pignons  La Case de l'oncle Tom

La politique a besoin de se démocratiser. Elle ne doit pas être l’apanage d’élites et le XVIIIème siècle va s’ouvrir à de nouvelles pratiques politiques.
Le principe imaginé par Van Buren, le spoil system ou système de dépouilles, permet à des militants politiques d'accéder après la victoire à des postes de l'administration publique, jusque là réservés à l'élite. C'est le triomphe du « common man ».

Les mouvements féministes apparaissent à ce moment. Au milieu de toute cette effervescence politique, la Femme est témoin mais non active. Elle n'a pas le droit de vote, est tenue au mariage et ne peut divorcer.
 
Le débat sur l'abolitionnisme lui fait prendre conscience de son propre sort. Le mouvement se créera au milieu de femmes bourgeoises, les seules qui aient la possibilité de subvenir à leur besoin sans l'aide d'un travail ou d'un mari.
Une femme, Sarah Margaret Fuller, publie un ouvrage en 1845 qui cristallise ce débat: Woman in the Nineteenth Centery. 
                                    
Les mouvements abolitionnistes se créent aussi au moment de la guerre d’Indépendance


 
                          



L'esclavage existe toujours. Rhode Island  a accueilli les bateaux de la traite des Noirs et du commerce triangulaire.

Toutefois la Grande-Bretagne a pris la décision de l'émancipation des esclaves pour ses colonies en 1833. Les Etats-Unis vont se lancer dans le débat abolitionniste avec passion.La région de la Nouvelle Angleterre s’ancre en faveur de l’abolition de l’esclavage.

Un livre va être le symbole de cette période et de cette passion: La Case de l'Oncle Tom rédigé par Harriet Beecher-Stowe.  Un premier auteur noir, esclave, va rédiger ses mémoires et provoquer un tollé : Frederic Douglass, ou encore Lysander Spooner, qui écrit un ouvrage qui fit grand bruit en 1845 « The unconstitutionality of slavery ».


                                               Winslow Homer : Poète des flots
                                                            Cliquez sur l'image
              
Dans cette évolution intellectuelle et politique, la presse se développe. En 1846 le Boston Herald se créé et va commencer une croissance qui le mènera jusqu'à nos jours ( avec une reprise du journal en 1904 par William Hearst, puis en 1982 par R.Murdoch).

                                 
Des journaux mensuels aussi apparaissent comme le North American Review, créé par William Tudor en 1815, ou l'Atlantic Monthly, créé en 1857.
 

Enfin la générosité des paysages offerts par les états de l’est ont inspiré de nombreux artistes. Le XIX ème siècle est une période  phare de la peinture américaine. 

Avec des peintres comme Winslow Homer, Thomas Eakins, Mary Cassatt, James Abbott Whistler ou Frederic EdwinChurch .

Cet article a été écrit par Emmanuelle Falsanisi




  


                                   
  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Fichiers en lien avec cet article
Nom du fichier Date de publication clics
Télécharger ce fichier Southern-Weekly-20081113.pdf
23/12/2008 758

Naviguer à travers les articles
Article précédent Européens et Culture des Indiens Fortunes et millionaires de Newport Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation