Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Ford
Publié par EF041008 le 27/10/2008

John Martin FEENEY, dit John Ford est né en 1894 à Cape Elizabeth près de Portland (ME) d’une famille d’immigrants irlandais (son père est du comté de Galway et sa mère des îles Aran). Sa longue carrière dans le cinéma, il la doit à son frère Francis dont il sera l’assistant pendant quelques années...

Inclut une vidéo de la chevauchée fantastique, Mogambo.






John Martin FEENEY, dit John Ford est né en 1894 à Cape Elizabeth près de Portland (ME) d’une famille d’immigrants irlandais (son père est du comté de Galway et sa mère des îles Aran). C’est le dernier d’une famille de 11 enfants.
 

Sa longue carrière dans le cinéma, il la doit à son frère Francis dont il sera l’assistant pendant quelques années. Il quitte définitivement le Maine pour s’installer à Hollywood en 1914. Il adopte le même pseudonyme que son frère et se fait connaitre à Hollywood sous le nom de Jack Ford.

C’est en 1916 qu’il est embauché par les studios Universal comme assistant-réalisateur. De cette période, il ne nous reste plus beaucoup de films bien qu’il en ait tourné un grand nombre.
 
En 1920, il est embauché par William Fox et connait un bon succés dans le cinéma muet. C’est aussi cette année qu’il se marrie avec Mary McBryde Smith, d’origine irlandaise et écossaise.
 

                         
 



La Fox se fait racheter par Twentieth Century Pictures en 1935 et dont le patron est Darryl F.Zanuck, avec lequel il commencera une collaboration longue et fructueuse.
 Son premier grand film est la « Chevauchée fantastique», où il renoue avec le western et manque de peu l’oscar. Il tourne pour la première fois en extérieur à Monument Valley.

Mais son talent ne s’arrête pas au western. Il tourne « Young Mr.Lincoln » ( « vers sa destinée ») , un film sur Lincoln , puis « Drums along the Mohawks » (« sur la piste des Mohawks ») son premier film en couleurs et enfin « les raisins de la colère », pour lequel il gagne l’oscar du meilleur réalisateur.
 
Bien que reconnu pour avoir redonné ses lettres de noblesse au « western », il institutionnalisera le genre « film de guerre » en réalisant: « La bataille de Midway » 1942, « Torpedo Squadron « 1942, « Les sacrifiés » (They were expendable) 1945. 

John Ford est très engagé politiquement; pendant la seconde guerre mondiale, il milite contre l’expansion nazie avec force: en 1939, il fonde la “Naval Field Photographic Unit” dans le but de mettre les talents d’Hollywood au service de l’armée. Dès 1941, les équipes sont opérationnelles et sillonnent le monde entier. A l’époque du McCarthisme, il s’opposera à Cecil B.de Mille qui souhaite que les membres de la Screen Directors Guild signe le pacte de loyauté. 


                         


                      

C’est à cette période qu’il demandera d’être mis en retraite de l’armée et part pour l’Irlande pour tourner « The Quiet Man » (« l’Homme Tranquille»), puis pour l’Afrique tourner « Mogambo » avec Ava Gardner, Grâce Kelly et Clark Gable.
 
Mais son alcoolisme qui le ronge depuis des années s’aggrave. Il a de plus en plus de mal à tenir ses films. Son pessimisme s’accroît et ses hospitalisations pour alcoolisme se répètent. 
Il réussit à tourner «L’Homme qui tua Liberty Valance », western intimiste et son dernier chef d’œuvre.
 
Son acharnement au travail et son alcoolisme sévère auront raison de sa santé, il s’éteindra en Août 1973.

John Ford est vraiment l’incarnation de Hollywood : ses premiers films appartiennent à l’époque où les grands studios sont crées, et la fin de sa longue carrière verra le déclin de la magnificence d’Hollywood.

Cet article a été écrit par Agnès Bressot.



  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Steward Gardner Kerouac Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation