Very Important People on a Very Important Planet
french english Flux RSS
Recherche
- Themes -
Infos
Connexion
Galerie Photo
Régions du monde > Provence Cote d'Azur > Noël in Provence
Noël in Provence
Publié par EF041008 le 24/12/2008
Noël in Provence

Noël en Provence a ses spécificités. « Lou Gros soupà » ( le gros souper) comme on l’appelle ici, désigne le repas de la veillée de Noël ( lou cacha-fuec). Il est appelé ainsi à cause de l’abondance de ses mets, particulièrement des ses desserts.














Noël en Provence a ses spécificités. « Lou Gros soupà » ( le gros souper) comme on l’appelle ici, désigne le repas de la veillée de Noël ( lou cacha-fuec). Il est appelé ainsi à cause de l’abondance de ses mets, particulièrement des ses desserts.

Ce repas commençait par une prière et la famille s’installait autour de la table garnie pour l’occasion de trois nappes, « très touaïa » en hommage à la Sainte Trinité. La première nappe servait au repas de la veille de Noël, la deuxième pour le déjeuner du jour de Noël et la dernière pour manger les restes le 25 au soir.

L’aïeul découpait le pain après l’avoir signé avec son couteau , le distribuait aux convives et  conservait la part du pauvre et la part fétiche que l’on conserve dans une armoire.


                  Noëls en Provence    Santons et traditions de Noël en Provence
                                            Cliquez sur les images
  

Le repas se composait souvent de raiola (raviolis à la viande maigre et aux épinards ou aux blettes), de la morue frite à l’aigre doux ou de beignets à la « bagna-cauda », sauce à l’anchois.

Quant aux desserts, ils étaient vraiment servis en abondance ; on a coutume de dire qu’il y en avait treize, du nombre des apôtres et du Christ autour de la table.

Ainsi on trouvait :
-          des fruits  frais comme l’orange, les mandarines,  les poires ou les pommes
-          des fruits confits
-          des  pâtes de fruit, comme la pâte de coing
-          des nougats noirs
-          des nougats blancs
-          des marrons glacés
-          la fougasse à fleur d’oranger de Grasse
-          la tourta de bléà , tarte à la blette
-          les dattes avec le O gravé sur le noyau rappelant le cri d’exclamation de la Vierge Marie, de Joseph et l’Enfant-Dieu quand ils goutèrent le fruit.
-          Les tartes aux noix ou à la confiture
-          Les mendiants , pâte d’amande qui rappelle les quatre ordres religieux : amandes pour les Carmes, figues sèches pour les Franciscains, raisins secs pour les Dominicains et les noix pour Augustins
-          Les poires au vin cuit


                      Repas de fêtes    Repas et vins de fêtes
                                                     Cliquez sur l'image


On laissait la table alors pour aller à la messe et l’on se gardait bien d’enlever les miettes de la table…qui servaient à nourrir les « armeto », ou âmes des morts .

Le jour de Noël , Lou Jou de Calena à Nice ou Nadau en provencal, les enfants trouvaient , outre des fruits et des bonbons, des « galets » ( petits coqs ) pour les garçons et des « piata » ( petites poupées) pour les filles ; ces représentations étaient faites en pâtes de pain parfumée.
Le repas de Noël était largement fêté et on mangeait charcuteries , raiolas, pigeons aux olives, boudins, trulle et lou froumai de testa ( le fromage de tête).

On fêtait cet évènement autour de la crèche provencale symbole de Noël, emplie de santons peints à la main.
 


 

  Voir cet article en format PDF Imprimer cet article Envoyer cet article

Naviguer à travers les articles
Article précédent Oliviers Santons Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation